Pellicule plastique qui se détache et vole au vent, lettres et chiffres qui se décolorent et deviennent parfois illisibles... des automobilistes s'interrogent sur la détérioration de la plaque d'immatriculation de leur véhicule.

D'après un reportage de Karine Bastien

Ce problème peut entraîner une amende de 63 $ si le numéro de plaque ne peut plus être déchiffré, à la fois pour le conducteur et pour le propriétaire du véhicule, s’il ne s’agit pas de la même personne.

Une plaque abîmée ou enneigée peut en effet nuire au travail des policiers. « Pour des raisons de sécurité, lorsqu’on intercepte un véhicule, on se doit de donner la plaque sur les ondes radio avant d’aller rejoindre l’occupant. S’il y avait une poursuite qui partait, ou quelque autre raison, la centrale n’aurait pas l’information sur le véhicule que j’ai intercepté », si le numéro ne peut être communiqué, explique Évelyne Boudreau, porte-parole de la police de Laval.

Des conducteurs s’étonnent d’avoir un tel problème de détérioration avec des plaques posées il y a cinq ou sept ans. Certains ont peur de se faire arrêter.

Pour le moment, la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) affirme qu'il y a très peu de plaintes pour des plaques qui se détériorent. En 2016, quelque 630 plaques, soit moins de 1 % de celles qui ont été livrées pendant l'année, ont été signalées à la SAAQ pour une défectuosité.

Pour une pellicule qui se décolle, la SAAQ offre un remplacement gratuit de la plaque, peu importe son âge.

C’est l’entreprise Relief Design inc., de Saint-Louis-de-Blandford, dans le Centre-du-Québec, qui fabrique les plaques d'immatriculation du Québec depuis 30 ans. Son propriétaire affirme que le processus de fabrication est le même depuis plusieurs années.

Si le nombre de plaintes venait à augmenter, la SAAQ pourrait évaluer la qualité des plaques et apporter des correctifs. « Si les gens ont des problèmes, on les invite à nous le signaler, à faire le remplacement de la plaque, parce que ça va nous permettre de savoir s'il y a une problématique. Si les gens ne nous le disent pas, on ne peut pas le savoir », souligne le porte-parole de la SAAQ, Gino Desrosiers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine