Retour

Des policiers attaqués dans Hochelaga-Maisonneuve

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) demande l'aide du public pour retrouver les auteurs d'un violent affrontement qui s'est déroulé jeudi soir dans l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Une trentaine de personnes cagoulées s'en sont alors prises aux policiers en leur lançant des cocktails Molotov et des pièces pyrotechniques à l'angle des rues Ontario et Moreau.

Les agents répondaient à l'appel d'un citoyen qui signalait la présence de dizaines de jeunes masqués dans les rues.

Un résident du quartier, Benny Adam, a capté des images de la scène avec son téléphone :

Des policiers se sont réfugiés derrière leurs véhicules, tandis que d'autres se sont enfuis à la course afin de se protéger des objets incendiaires qui étaient lancés violemment vers eux. Aucun agent n'a été blessé, mais deux véhicules ont été endommagés et la vitrine d'un commerce a été fracassée.

Benny Adam raconte que l'affrontement a duré « au moins 3-4 minutes ». « Les jeunes ont ensuite disparu », ajoute-t-il.

L'événement s'est fait de manière spontanée et très rapide, dit le porte-parole du SPVM, Benoît Boisselle, qui rapporte n'avoir aucun indice pour pouvoir procéder à des arrestations.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, est pour sa part préoccupé par l'événement. « Les gens qui ont commis ça doivent en répondre, évidemment », dit-il.

Le témoin Benny Adam est perplexe. « Je me suis dit que tu peux envoyer des cocktails Molotov à Montréal et t'enfuir [comme si de rien n'était]. C'est fou! », déplore-t-il.

Une stratégie policière critiquée

Le service de police ne précise pas si les agents ont reçu l'ordre de ne pas répliquer aux manifestants, comme ce fut le cas la semaine dernière dans l'arrondissement de Montréal-Nord, alors qu'un poste de police a été vandalisé.

Même si le SPVM soutient avoir une politique de tolérance zéro en ce qui concerne le vandalisme à l'égard de sa propriété, cette stratégie de non-intervention est toujours défendue par le directeur du SPVM, Philippe Pichet, et par la responsable de la sécurité publique à la Ville de Montréal, Anie Samson.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine