Retour

Deux nouvelles super-cliniques seront implantées à Montréal

Le gouvernement du Québec a annoncé aujourd'hui l'implantation de deux nouvelles super-cliniques sur le territoire montréalais, ce qui porte à huit le nombre de cliniques du genre dans la métropole québécoise et à 25 dans la province.

Un texte de Xavier Savard-Fournier

Le premier de ces deux nouveaux établissements se situe à la Polyclinique Cœur-de-l’Île dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

Cette super-clinique sera accessible à ses patients pendant 84 heures par semaine, soit 12 heures chaque jour, incluant la fin de semaine, de 8 h à 20 h. Les services de prélèvements et d’imagerie médicale seront aussi disponibles sur place. Ils seront fournis par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l'Île-de-Montréal.

La deuxième super-clinique sera déployée à la Clinique médicale Angus affiliée au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal dans l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

« C’est essentiellement une mini-urgence. Pour des problèmes mineurs, c’est ici qu’on devrait venir si on ne peut pas voir notre médecin de famille », a expliqué le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, en conférence de presse pour annoncer la nouvelle super-clinique dans Villeray.

« L'équipe du GMF du Cœur-de-l'Île peut être fière d'avoir opté pour un modèle novateur et encore mieux adapté aux besoins actuels de la population. Je salue leur mobilisation et les félicite d'avoir emboîté le pas à nos efforts pour améliorer de façon concrète et durable l'accès aux services de première ligne », a-t-il ajouté.

Les responsables de la Polyclinique du Cœur-de-l’Île prévoient avec ce passage vers une super-clinique permettre d’ouvrir 20 000 plages de consultations sans rendez-vous à des patients non inscrits à un GMF. Ils comptent déjà 8000 patients inscrits à un GMF.

Super-clinique, le choix aux médecins

Le ministre Barrette a été questionné par les journalistes sur le risque de disparité dans le déploiement des super-cliniques. Ainsi, il y en a trois dans un rayon de quelques kilomètres dans Villeray. Le ministre Barrette a reconnu qu’il faisait face à un défi.

« Ici, il y a une justification basée sur la densité de la population, mais vous avez raison, les prochaines cliniques doivent être ailleurs que dans le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. [...] Montréal-Nord est dans une situation qui est un enjeu prioritaire pour moi », a-t-il affirmé. L'arrondissement d'Hochelaga-Maisonneuve représente aussi un défi, car le ministère peine à convaincre les médecins d’aller y travailler.

Or, ce sont les médecins qui font la demande d'ouvrir une super-clinique.

Cette situation amène le ministre Barrette à la « limite des capacités d’orientation de la main-d’œuvre médicale », lui qui dit avoir « resserré les règles » en obligeant les nouveaux médecins à travailler dans un sous-territoire précis, dans le sud d’Hochelaga-Maisonneuve par exemple, plutôt que dans un territoire complet, comme l’île de Montréal.

« La Charte des droits m’interdit de dire à un médecin, parce que ça été testé en cour et ça été gagné par les médecins, d’aller à telle adresse, tandis qu’un hôpital je peux décider de le construire entre les rues A et B », a précisé le ministre Barrette.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine