Retour

Dix ans après la disparition d'une femme de Kahnawake, le mystère demeure entier

Les proches de Tiffany Morrisson, une femme autochtone disparue il y a dix ans et dont le corps a été retrouvé par la suite, attendent toujours des réponses. Sa soeur a organisé un rassemblement dans l'espoir d'obtenir de nouveaux indices sur les circonstances de la mort de la jeune femme.

Un texte de David Savoie

Une quarantaine de personnes se sont réunies tout près du boisé où les ossements de Tiffany Morrisson ont été découverts en 2010, quatre ans après sa disparition le 18 juin 2006.

Dix ans plus tard, sa soeur Mélanie dit que ça lui brise le coeur de devoir demander de nouvelles informations. Les policiers de la réserve de Kahnawake, au sud de Montréal, étaient chargés de l'enquête, avant qu'elle soit transférée à la Sûreté du Québec. Aujourd'hui, il n'y a toujours pas de pistes concluantes, selon les policiers.

Plusieurs participants sont venus à l'événement pour démontrer leur solidarité avec la famille.

Une récompense de 75 000 $ a été offerte à quiconque pourra fournir des renseignements menant à une arrestation. Melanie Morrison a prévenu que sa famille ne cesserait pas de se battre avant d'avoir obtenu des réponses à toutes ses questions.

Femmes autochtones disparues ou assassinées

Cette disparition s'inscrit dans la tragédie nationale des femmes autochtones disparues ou assassinées. Le nouveau gouvernement à Ottawa change la donne, reconnaît Viviane Michel, présidente de Femmes autochtones du Québec, mais il reste de la méfiance.

Selon Viviane Michel, le gouvernement fédéral devrait annoncer sous peu les paramètres de l'enquête nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées, qui doit entre autres se pencher sur la discrimination à laquelle elles font face dans le système judiciaire.

« On dirait que la justice ne s'applique pas quand on est des femmes autochtones », estime Mme Michel.

Femmes autochtones disparues ou assassinées, notre dossier

Plus d'articles

Commentaires