Un appel à la générosité est lancé samedi dans le cadre de la 15e Guignolée du Dr Julien, afin de recueillir des dons pour les centres de pédiatrie sociale en communauté de la Fondation du Dr Julien.

L'argent récolté servira à offrir des services notamment médicaux, juridiques, psychosociaux et psychoéducatifs à près de 5500 enfants en situation de vulnérabilité, ainsi qu'à leurs familles, dans les 24 centres que compte le Québec, ainsi qu’à celui d’Ottawa.

« On cerne les enfants qui ont des droits bafoués. Tous les enfants ont le droit de jouer, tous les enfants ont le droit d’apprendre, tous les enfants ont le droit de vivre dans des logements qui sont salubres. Notre approche, c’est d’enlever le stress toxique à ces enfants pour leur redonner leur plein potentiel, pour qu’ils se développent de façon maximale », explique la pédiatre Gaëlle Vekemans, qui travaille à l'un des deux centres situés dans Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

En entrevue à RDI matin week-end, la Dre Vekemans a souligné que la façon de faire de la médecine que propose le Dr Julien l’a attirée par son approche globale.

« Il y a toujours une travailleuse sociale en clinique et on regarde vraiment l’ensemble, ajoute-t-elle. Qu’est-ce que vit cet enfant-là à la maison, qu’est-ce que vit cet enfant-là à l’école. Et, parfois, on arrive à un diagnostic qui est tout autre que celui qu’on aurait pu croire. ».

Selon elle, plusieurs des enfants qu’elle soigne, qui sont souvent référés par leur professeur, en raison de leurs problèmes scolaires, auraient pu avoir un diagnostic de déficit de l’attention dans une clinique traditionnelle, « et ressortir avec une prescription de médicaments ».

« Mais, si on creuse plus que ça, on va se rendre compte que cet enfant-là, à la maison, ça ne va pas. Il y a des tensions. Papa a perdu son emploi, maman est malade. Il vivent dans un logement où le chauffage ne fonctionne pas trop, il y a des punaises de lit. Cet enfant-là vit des stress quotidiens, alors rendu à l’école c’est difficile », donne en exemple la Dre Vekemans.

Des dons de toutes sortes de façon

À Montréal, 40 points de service où on reçoit des dons ont été installés. Mais une « grande fête », avec entre autres matchs de hockey et cracheurs de feu, se tient au centre situé au coin Aylwin et Adam, dans Hochelaga-Maisonneuve.

Par ailleurs, une guignolée se tient également dans les régions où se retrouvent les autres centres. « Cet argent-là est vraiment investi localement. Si vous faites un don à Lévis, ça va aller à Lévis », indique Gaëlle Vekemans.

Il est également possible de faire un don en argent en ligne, par texto ou au téléphone.

Lors de la première Guignolée du Dr Julien, il y a 15 ans, 700 $ avaient été amassés. L'an dernier, plus de 1,7 million de dollars ont été recueillis dans tout le réseau.

Plus d'articles