Retour

Du Vieux-Montréal au Mile End : à quoi s'intéressent les touristes à Montréal?

Les touristes américains et internationaux sont de plus en plus nombreux à venir au Québec. Alors que la saison estivale bat son plein, nous avons voulu savoir quels étaient les arrêts incontournables pour eux lorsqu'ils viennent à Montréal.

Un texte de Pasquale Harrison-Julien

Il y a les endroits où l'on s'attend à croiser des touristes : près de la place Jacques-Cartier, dans le Vieux-Montréal, même si elle est bordée de cônes orange. Au parc du mont Royal, à l'oratoire Saint-Joseph ou encore au Stade olympique.

Mais il y a aussi un endroit qui fascine les visiteurs et mystifie les Montréalais : la ville souterraine. Si, pour les gens d'ici, la ville souterraine représente davantage un accès au métro ou à de grands magasins, il en est tout autrement pour les visiteurs.

De nombreux touristes français et américains rencontrés au cours des dernières semaines nous l'ont dit : ils veulent à tout prix découvrir cette cité constituée de longs corridors qui s'étendent sur 33 kilomètres.

« Pour eux, c'est une réponse à l'hiver, l'imaginaire qu'ils se font de l'hiver canadien très rude. Pour eux, c'est la ville », affirme Paul Arsenault, professeur à la Chaire de tourisme Transat de l'École des sciences de la gestion de l'UQAM.

Une occasion d'affaires

C'est en cherchant sur Google qu'Elias Geha a constaté la popularité de la ville souterraine. Et qu'il a eu une idée : avec son équipe, il a créé une carte pour suivre un itinéraire dans les dédales du centre-ville.

« Le commentaire négatif qui revient sur de nombreux sites Internet, c'est la difficulté à trouver son chemin », explique celui qui a distribué plus de 100 000 cartes aux hôtels de la métropole cette année.

Elias Geha estime que les Montréalais devraient davantage être fiers de leur ville souterraine. « D'ailleurs, une compagnie chinoise est en train de faire une mégaville souterraine à Kuala Lumpur, à coups de milliards de dollars. Ils s'inspirent du Montréal souterrain. »

Une statue touristique

Il y a aussi les arrêts moins connus, comme la statue de Norman Bethune, au coin de la rue Guy et du boulevard De Maisonneuve. Le chirurgien canadien a fait l'histoire en pratiquant son métier en Chine et en rencontrant Mao, raconte Paul Arsenault.

« Les visiteurs chinois, qui sont de plus en plus nombreux à Montréal, vont vouloir voir la place Norman-Bethune, que personne ne connaît à Montréal, mais qui est, pour eux, lourde de signification. »

Sortir des sentiers battus

Une tendance mondiale s'exprime aussi à Montréal : les touristes veulent découvrir la ville des locaux.

Pernille Spitz a échangé son appartement de Copenhague, au Danemark, pour une maison dans Ahuntsic afin de venir y passer quelques semaines. Ses recherches sur Internet l'ont aussi amenée dans le Mile End pour y faire des découvertes culinaires.

« J'ai trouvé les infos sur le web et je me suis dit que c'était intéressant pour nous qui adorons manger. Et nous avons découvert que Montréal était une capitale gastronomique », raconte la Danoise, accompagnée de sa fille.

Frédérik Nissen, copropriétaire de Local Montreal Food Tours, rencontre quotidiennement ces visiteurs à la recherche d'une expérience typiquement montréalaise. Et ils ne planifient pas leur escapade avec des brochures touristiques.

« Ils sont âgés de 28 à 50 ans, et ils font leurs recherches avant d'arriver à Montréal. Ils vont se faire un agenda de découvertes culinaires », explique Frédérik Nissen, cofondateur de ces visites guidées culinaires.

Pour le professeur Paul Arsenault, c'est là que se trouve l'avenir du tourisme pour les voyageurs aguerris.

« Les médias sociaux ont complètement changé la donne du marketing touristique. Ce ne sont plus les autorités officielles, comme Tourisme Montréal, qui disent aux touristes ce qu'ils doivent découvrir; ce sont les Montréalais eux-mêmes. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine