Retour

Échangeur Turcot : la mobilisation citoyenne pour la dalle-jardin ne s'essouffle pas

Des citoyens se sont rassemblés dimanche pour demander au gouvernement du Québec de réintégrer le projet de dalle-jardin qui avait été promis avec le nouvel échangeur Turcot.

Les organisateurs du rassemblement espèrent que cette mobilisation citoyenne convainque le gouvernement de revenir sur sa décision d’abandonner un projet de passage piétonnier et cyclable intégré au nouvel l'échangeur Turcot.

Des élus municipaux et provinciaux ont également pris part à la manifestation, qui s'est tenue aux abords du canal de Lachine.

Le projet en question, une passerelle formée d’une dalle de béton, devait partir de la falaise St-Jacques vers le canal de Lachine.

Cela permettrait de désenclaver deux quartiers actuellement séparés par l’autoroute 20, soit l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de Grâce et celui du Sud-Ouest.

L’aménagement de la passerelle faisait partie de l'annonce initiale du projet de réaménagement de l’échangeur Turcot, mais l'idée a depuis été abandonnée par Québec qui la juge maintenant trop coûteuse.

Sa construction est estimée à 40 millions de dollars, tandis que la réfection de l’échangeur Turcot est évaluée à 4 milliards de dollars.

Des milliers de citoyens continuent néanmoins de faire campagne pour la dalle-jardin. Une pétition de plus de 10 000 signatures a été envoyée au gouvernement pour réclamer ce passage piétonnier et cyclable.

Certains élus municipaux se sont dits prêts à accepter un projet moins ambitieux en termes de coûts. Le conseiller du district de Notre-Dame-de-Grâce, Peter McQueen, estime que 10 ou 20 millions suffiraient à la réalisation de la passerelle.

De son côté, le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, soutient que le projet est réalisable et que le gouvernement est « tout à fait encore capable » de l’inclure dans le budget.

L’opposition critique la décision de Québec

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a joint sa voix à la campagne citoyenne pour dénoncer ce qu’elle perçoit comme une hypocrisie de la part du gouvernement.

Le député de Labelle du Parti québécois, Sylvain Pagé, a également exprimé son désaccord quant à l’abandon du projet, estimant qu'éliminer la dalle-jardin reviendrait à éliminer une voie pour les automobilistes en termes de congestion.

Selon le député, il est « évident » que « si on veut plus de décongestion sur l'île de Montréal, il faut faire plus de transport actif ».

Pour sa part, le bureau du ministre des Transports Laurent Lessard a répondu que le gouvernement attendrait la fin des travaux pour reconsidérer le projet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine