Retour

Éduc'alcool retire une publicité associée à l'événement Fierté Montréal

Éduc'alcool a dû retirer jeudi des réseaux sociaux une publicité sur la modération associée à l'événement Fierté Montréal, qui mettait en évidence le mot-clic #FêteTonChoix en surimpression du drapeau des LGBT.

La publication sur les réseaux sociaux a suscité plusieurs messages d'internautes relevant la maladresse du message, alors que gais et lesbiennes s'entendent pour dire que leur orientation sexuelle n'est pas un « choix ».

Éduc'alcool a affirmé qu'il s'agit de l'« erreur de jugement » d'un « fournisseur externe » qui assure la gestion des médias sociaux pour l'organisme, indiquant que l'organisme a demandé le retrait immédiat de la publication dès qu'il a été informé de son existence.

Le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, a tenu à dire qu'il s'agit d'une erreur de bonne foi. Il a tout de même indiqué qu'il n'avait pas vu ou approuvé la publication, et qu'il n'aurait jamais « laissé faire un truc comme ça ». Il a dit faire encore confiance au fournisseur – la firme Relation 1 – avec lequel il collabore depuis trois ans, affirmant qu'il approuverait désormais tout message avant sa publication.

M. Sacy a indiqué que le fournisseur avait une latitude dans l'utilisation du slogan #FêteTonChoix, qui a été utilisé sur les réseaux sociaux par Éduc'alcool cette année lors de divers événements, notamment lors de la Fête nationale du Québec.

Le président-fondateur de Fierté Montréal, Éric Pineault, s'est dit « surpris » et a affirmé que cela était « très maladroit » de la part d'Éduc'alcool. Il a pris connaissance du message jeudi, peu avant son retrait des réseaux sociaux. M. Pineault a dit croire que Éduc'alcool devait « se rétracter et s'excuser auprès des personnes qui ont pu être offusquées ».

Éric Beaulieu, de la firme Relation 1, a indiqué que la publicité sur Facebook a suscité plusieurs messages d'internautes – sept ou huit, selon lui – relevant la maladresse du message.

Le responsable des médias sociaux a affirmé que le message a été retiré rapidement – il aurait été notamment sur le site Facebook d'Éduc'alcool durant moins de deux heures – et que son équipe a répondu à chacun des internautes qui ont critiqué la publicité.

M. Beaulieu a souligné que les créateurs de cette publicité sont des « membres de la communauté LGBT ».

« C'est ça qui est le paradoxe. Eux, sont désolés, les mots leur manquent », a-t-il confié.

Le président-fondateur de Fierté Montréal a laissé entendre que tout le monde n'a pas la même sensibilité.

« On peut être des membres de la communauté LGBT, mais peut-être qu'on ne travaille pas dans la défense des droits des LGBT, peut-être qu'on ne connaît pas les subtilités du vocabulaire », a affirmé M. Pineault.

Une autre maladresse

L'an dernier, non seulement Éduc'alcool mais également Fierté Montréal avaient dû présenter des excuses. Une publicité d'Éduc'alcool qui avait été présentée dans le programme officiel du festival Fierté Montréal avait suscité de la grogne dans la communauté trans.

« Malgré les apparences, vous savez de quel sexe vous êtes », pouvait-on lire en bas de deux pictogrammes, l'un représentant ce qui semble être un homme trans, et l'autre, une drag queen.

Le message était le même que dans la plupart des publicités de l'organisme : une femme devrait limiter sa consommation d'alcool à deux verres, et un homme, à trois.

M. Sacy a dit croire que cette publicité publiée l'an dernier n'est pas de la même nature.

« Celle-là, je l'avais vue, et je suis même allé rencontrer les gens de la Fierté gaie, et on s'est expliqué là-dessus. Ils ont dit "effectivement, il y a des nouvelles sensibilités qui ressortent chaque fois, et effectivement, quelqu'un qui est un transgenre peut mal l'interpréter". [...] Les sensibilités peuvent changer d'une année à l'autre, et il faut en prendre acte », a dit M. Pineault.

Plus d'articles

Commentaires