Retour

Élection de Valérie Plante : « Une société qui nous dit quel genre de politique on doit pratiquer », dit Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, y est allé d'une réaction analytique, lundi, au lendemain de l'élection de la première mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Un texte de Marc-Antoine Ménard

En point de presse dans la métropole, M. Couillard a estimé qu’il y avait là « une société qui nous dit quel genre de politique on doit pratiquer ».

« Une campagne avec de la substance, mais avec le sourire », a-t-il illustré en décrivant la marche victorieuse de celle qui a accédé à la direction du parti Projet Montréal il y a à peine un an. Ingrédients de la recette, selon le premier ministre : un message positif, de l’espoir et des solutions terre-à-terre pour les gens.

Le premier ministre a indiqué s'être entretenu avec la nouvelle mairesse en matinée, notamment pour la féliciter.

M. Couillard a été prudent lorsque les journalistes l’ont interrogé au sujet des projets de Valérie Plante en matière de transport, notamment l’ajout de 300 bus hybrides d’ici 2020 et, surtout, la construction d’une nouvelle ligne rose dans le métro de Montréal.

« On a beaucoup de projets en cours actuellement, je vais en discuter avec Mme Plante », a-t-il commenté, faisant référence, de toute évidence, au Réseau électrique métropolitain de la Caisse de dépôt et placement ainsi qu’au prolongement de la ligne bleue du métro vers l’est.

Philippe Couillard a précisé qu’une première rencontre entre Mme Plante et le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, qui l’accompagnait lors de ce point de presse, aura lieu dès mardi matin. Le premier ministre s’est réjoui du fait que la nouvelle mairesse a évoqué son désir de forger des partenariats avec les milieux économiques et les paliers de gouvernement provincial et fédéral.

Plus tôt, le chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, Jean-François Lisée, a remercié, tout comme M. Couillard, Denis Coderre pour le travail accompli à la tête de Montréal. M. Lisée a estimé que M. Coderre avait fait tourner « un coin important à la ville dans son dynamisme, dans son estime de soi ».

« Et je pense que cette estime de soi de la ville a permis à l’électorat de dire : "On passe à une autre étape". Une vision nouvelle, une vision optimiste, ce qui a donné de l’énergie à la campagne de Valérie Plante », a souligné le chef du Parti québécois.

Plus d'articles

Commentaires