Retour

Élections partielles : libéraux et péquistes conservent leurs acquis

La carte électorale n'a pas été bouleversée par les élections partielles tenues lundi dans quatre circonscriptions. Le Parti libéral conserve Beauce-Sud, Fabre et aussi Saint-Henri-Sainte-Anne, au terme d'une lutte plus serrée que prévu. Le Parti québécois continuera de représenter René-Lévesque, sur la Côte-Nord.

Dans Beauce-Sud, Paul Busque a signé la plus large victoire libérale, avec 55,9 % des suffrages, et une majorité de 5419 voix sur son plus proche adversaire, le caquiste Tom Redmond (29,85 % des voix).

Dans la circonscription lavalloise de Fabre, la libérale Monique Sauvé l'a emporté avec 43,97 % des suffrages, loin devant le péquiste Jibril Akaaboune Le-François (28,63 %).

Dans Saint-Henri-Sainte-Anne, l'ex-présidente de la CAQ Dominique Anglade a obtenu son siège à l'Assemblée nationale avec 38,64 % des suffrages exprimés et une majorité de 1206 voix, après avoir été talonnée par la péquiste Gabrielle Lemieux (29,89 %).

Ses appuis sont inférieurs à ceux obtenus par Marguerite Blais aux élections générales en 2014. Très appréciée, la candidate avait battu son adversaire péquiste avec 52,55 % de voix et par un écart de plus de 11 500 voix. Mais le taux de participation dans cette circonscription montréalaise avait été de 68,29 %, alors qu'il a à peine frôlé les 24 % lundi soir.

Dans René-Lévesque, Martin Ouellet a donné la victoire au Parti québécois en récoltant 48,97 % des voix, en deçà des 55 % de Marjolain Dufour aux élections générales de 2014. La libérale Karine Otis a fini deuxième à 38,99 %.

« Trois belles victoires et un beau combat » - Philippe Couillard

Le chef du Parti libéral Philippe Couillard était aux côtés de sa candidate Dominique Anglade pour célébrer la victoire libérale dans trois circonscriptions. « Trois belles victoires et un beau combat. Une bonne soirée pour le parti de la relance et du redressement du Québec. Une bonne soirée pour la démocratie », s'est exclamé le premier ministre.

Dominique Anglade a remercié les électeurs et résumé le fruit de ses rencontres avec les citoyens dans les différents quartiers de sa circonscription. « Pour moi, il apparaît évident que dans le comté de Saint-Henri-Sainte-Anne, il faut que nous bâtissions des ponts entre les diverses composantes de ce comté, c'est là l'essentiel de l'avenir de ce comté. Il faut donc rassembler les forces, les unir, et c'est dans cette perspective que je veux vraiment orienter mon travail de députée. »

Les partis d'opposition avaient unanimement critiqué le déclenchement de ces élections partielles, au début du mois dernier, en pleine campagne fédérale.

« C'est le cynisme qui a gagné ce soir », a déclaré François Legault, en référence au déclenchement des partielles pendant la campagne électorale fédérale. Le chef de CAQ, qui espérait surtout faire une percée dans Beauce-Sud, a avoué avoir eu de la difficulté à « faire sortir le vote ».

Nos journalistes suivent le déroulement et les résultats des élections partielles tout au long de la soirée :

Pour suivre notre couverture en direct sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Un référendum sur l'austérité?

Lors d'élections partielles, les électeurs choisissent souvent d'envoyer un message au gouvernement. Dans René-Lévesque, le candidat péquiste victorieux, Martin Ouellet, a par exemple répété que « l'austérité libérale » avait « brisé l'avenir économique qu'on a essayé de bâtir depuis plusieurs années en Manicouagan et aussi en Haute-Côte-Nord », un refrain repris par son chef lundi soir.

Pierre Karl Péladeau s'est montré combatif dans ses commentaires, présentant le PQ comme un parti « solide » et « engagé pour la défense des citoyens ».

« Nous allons continuer à faire le travail de dénoncer cette austérité que le premier ministre libéral nous impose, aux Québécois et aux Québécoises », a lancé M. Péladeau à Baie-Comeau.

De son côté, Martin Ouellet a remercié les bénévoles, qui avaient aussi travaillé à la campagne de Marilène Gill, du Bloc québécois, élue le 19 octobre dernier dans la circonscription fédérale de Manicouagan. M. Ouellet a affirmé que sa mère avait appris qu'elle était enceinte à l'époque où René Lévesque a remporté les élections générales, le 15 novembre 1976. « Ce soir, je renais dans René-Lévesque! » a-t-il lancé.

Malgré certaines variations du vote au fil des scrutins, il reste que les quatre circonscriptions en jeu étaient toutes restées dans le giron des partis des députés sortants au cours des dernières élections.

Les scrutins de lundi soir ne changeront donc pas l'ordre établi à l'Assemblée nationale. Les libéraux détiennent une confortable majorité, avec maintenant 71 des 125 sièges.

Le Parti québécois en a 29, la Coalition avenir Québec, 20 et Québec solidaire, 3. Une députée siège comme indépendante et il y a un siège vacant, celui de Chicoutimi, depuis la démission du député péquiste Stéphane Bédard.

Plus d'articles

Commentaires