Retour

Embourgeoisement dans Hochelaga-Maisonneuve : entre actions et réflexions

Un mois après sa création, le comité spécial qui doit trouver des solutions concrètes au phénomène d'embourgeoisement dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve ne suscite pas de grandes attentes.

Ce comité, qui réunit une dizaine d'intervenants, a été mis en place à l'initiative du maire d'arrondissement, Réal Ménard, et doit mener à des assises sur la question en mai 2017.

Les actes de vandalisme qui ont visé plusieurs commerces du quartier, en février dernier, ont ramené à l'avant-plan la question de l'embourgeoisement dans ce secteur.

Pourtant, l'enjeu n'est pas nouveau, au contraire. Entre 2003 et 2014, le marché locatif a vu disparaître quelque 800 logements, selon l'Institut national de recherche scientifique, alors que le nombre de condos, lui, a plus que doublé.

Le directeur général de la Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve, Michel Roy, souhaite l'ajout de logements abordables. Il dit vouloir donner une chance au nouveau comité.

Du côté de la société de développement commercial Promenades Hochelaga-Maisonneuve, on estime que le temps est venu de passer à l'action. Son président, Pierre Lessard-Blais, réclame l'adoption de mesures visant à assurer la mixité sociale du quartier.

« C'est possible d'avoir un consensus, mais il ne faut pas non plus sombrer dans l'excès de consultations non plus, à un bon moment donné, il va falloir des propositions claires », insiste M. Lessard-Blais, également copropriétaire de la microbrasserie L'Espace public.

Le comité, auquel participe également la députée péquiste Carole Poirier, s'est réuni à plusieurs reprises pour préparer ses travaux, qui visent notamment à amasser des données statistiques pour mieux documenter le phénomène d'embourgeoisement, jusqu'aux assises prévues au printemps prochain.

Avec les informations de Bruno Coulombe

Plus d'articles