Retour

En Nouvelle-Angleterre pour l'avantage du terrain, probablement sans Drogba

Les chances sont minces de voir Didier Drogba sur le terrain pour le dernier match de la saison de l'Impact, dimanche.

Un texte d'Olivier Arbour-Masse

D'abord, le terrain synthétique du Revolution de la Nouvelle-Angleterre est trop dur pour ses genoux vieillissants. Ensuite, il ne s'est pas entraîné depuis samedi dernier pour soigner son dos endolori.

S'il ne s'entraîne pas avec l'équipe samedi avant le départ, il ne jouera pas. 

« Son malaise au dos le gêne encore un peu. Il continue les traitements. Pour dimanche, ça va être difficile parce qu'il ne s'est pas entraîné (cette semaine) », a confirmé Mauro Biello.

Drogba a été mis à l'amende par la MLS pour son absence volontaire au match contre le Toronto FC dimanche dernier. Selon la convention collective, le montant maximum de son amende est de 1000 $. 

Gestion de banc

L'entraîneur-chef aura d'ailleurs tout un défi de gestion pour dimanche. D'une part, il souhaite miser sur une formation compétitive pour lui donner des chances de l'emporter et de disputer le match de barrage devant ses partisans. Toutefois, il devra ménager ses troupes parce que les éliminatoires commenceront mercredi ou jeudi.

« Deux jours de repos, c'est peu au soccer », concède Biello.

Le pilote montréalais gèrera son match en fonction de nombreux facteurs.

« Je vais équilibrer l'effectif pour contrer ce qui va se passer durant notre match et les autres matchs. Si je dois pousser ou fermer le match. »

L'Impact doit l'emporter et espérer une défaite ou un match nul du D.C. United, en déplacement à Orlando, pour terminer 4e et accueillir l'équipe de Washington au stade Saputo.

Un état d'esprit rassurant

La semaine de l'Impact a été marquée par les turbulences de la brève désertion de Didier Drogba. Mais le climat semble rétabli, voire même revigoré.

« Ça faisait un petit bout de temps que je n'avais pas vu ce que j'ai vu dans le vestiaire dernièrement », a lancé le capitaine Patrice Bernier.

Des vidéos sur les réseaux sociaux ont corroboré ses propos. On y voit les jeunes joueurs de l'Impact - et même un membre du personnel - s'adonner à d'habiles pas de danse, sous de vifs encouragements.

L'engouement fait écho à la force collective déployée sur le terrain depuis trois rencontres.

« Le onze qu'il (Mauro Biello) a mis sur le terrain dernièrement semble avoir trouvé une cohésion, remarque Bernier. On est plus dur à battre, on trouve les chances de marquer. Des gars comme Nacho peuvent faire différence. Matteo (Mancosu) amène quelque chose de différent. Quand tu as de la stabilité, ça donne plus de confiance à tout le monde sur le terrain. »

Biello l'a laissé entendre, la formation sera probablement différente dimanche. Mais le onze partant comme les autres joueurs mis à contribution doivent entrer en mode éliminatoire.

« À ce stade-ci, ce n'est pas comme dans la saison. Les équipes sont plus alertes défensivement et ont tendance à moins faire d'erreurs. En saison, tout le monde pousse, il y beaucoup plus de déchets techniques », fait remarquer Bernier.

« Il faut être très alerte et concentré. Une erreur, ça peut donner un but et les matchs se soldent par un petit score. »

À noter : 

  • Hernan Bernardello a également été mis à l'amende pour avoir touché un adversaire au cou et à la tête contre Toronto. 

Plus d'articles