En larmes, devant s'interrompre à plusieurs occasions, Guy Turcotte a relaté la journée du 20 février 2009, qui s'est soldée par la mort de ses enfants Olivier, cinq ans, et Anne-Sophie, trois ans.

L'atmosphère était lourde dans la salle du tribunal. Certains jurés étaient visiblement touchés par son témoignage. Guy Turcotte a tenté laborieusement de raconter comment il a tué ses enfants.

Son témoignage, entrecoupé de sanglots, était décousu.

Guy Turcotte a raconté s'être rendu chez son ancienne femme, Isabelle Gaston. Il est alors tombé sur Mme Gaston et son amant, Martin Huot, et s'est mis en colère de constater que ce dernier semblait prendre sa place auprès de ses enfants.

Fâchée de le voir surgir chez elle, Mme Gaston l'aurait menacé de lui ravir la garde des enfants s'il continuait de faire ainsi irruption.

Elle aurait dit :« Si tu veux que je demande la garde, je vais le faire, je peux même changer le nom des enfants. C'est moi la mère ».

M. Turcotte a voulu revenir en fin de journée chez son ex-conjointe après le travail, pour y prendre des objets des enfants, mais est revenu sur ses pas, découragé, après avoir croisé la voiture de l'amant de celle-ci.

Mme Gaston lui aurait par la suite téléphoné pour lui dire qu'elle avait consulté un avocat et qu'elle avait fait changer les serrures de la maison. « Si tu veux la guerre, tu vas l'avoir », lui aurait-il répliqué.

Questionné sur la signification de ses paroles, M. Turcotte a précisé qu'il entendait embaucher des avocats à son tour afin de lui disputer la maison, qui lui appartenait également.

Guy Turcotte a passé le début de la soirée en larmes avec ses enfants, à regarder des films. Il a raconté que ses enfants tentaient de le consoler.

Après avoir couché les enfants, Guy Turcotte a consulté des messages courriel dans lesquels il a trouvé des échanges entre son ex-femme, Isabelle Gaston, et le nouvel amoureux de cette dernière. L'ex-cardiologue dit avoir eu le sentiment que « le monde autour de lui s'écroulait » et il affirme avoir eu mal.

L'accusé est revenu sur cette nuit tragique pendant laquelle il se souvient avoir raconté une histoire à ses enfants et avoir effectué des recherches sur Internet à propos du suicide. S'ensuivent des moments de confusion dus, selon lui, au liquide lave-glace qu'il a avalé. « Je voulais mourir, je voulais mourir », répétait-il sans cesse.

M. Turcotte peine à relater les faits dans leur ordre chronologique. Il en garde des flashs, comme cette image du couteau qu'il sort de son étui ou encore le goût « dégueulasse » du lave-glace.

« Je suis dans le lit, je me sens en train de mourir, je suis mort, je vois que mes enfants me trouvent mort. C'est à ce moment-là que je me dis : ''je vais les emmener avec moi''. Je ne veux pas que mes enfants soient pognés avec moi, mort », témoigne-t-il.

« Encore aujourd'hui, j'ai de la misère à comprendre comment j'ai pu penser ça [à tuer les enfants] », admet l'accusé, dont les pleurs répétés inondaient le témoignage. Le juge a dû d'ailleurs suspendre l'audience pour une quinzaine de minutes, en début d'après-midi, pour permettre à M. Turcotte de retrouver son calme.

Défense de non-responsabilité criminelle

C'est en relatant ces souvenirs éprouvants que Guy Turcotte a terminé son témoignage, mardi. Le contre-interrogatoire de la Couronne a débuté et, déjà, les avocats de cette dernière affirment que Guy Turcotte a « une mémoire sélective », du fait qu'il se rappelle avec précision des dates. M. Turcotte a nié cette assertion de la Couronne.

Accusé du meurtre prémédité de ses deux enfants, Guy Turcotte, 43 ans, a plaidé non coupable aux deux accusations de meurtre, mais il a admis avoir causé leur mort.

Les avocats de la défense ont indiqué qu'ils allaient présenter une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. L'accusé espère ainsi éviter d'être condamné pour meurtre.

Le deuxième procès de Guy Turcotte se déroule au palais de justice de Saint-Jérôme depuis la mi-septembre. La Couronne a fait entendre 29 témoins au jury composé de 11 personnes.

Avec les informations de Karine Bastien

Plus d'articles

Commentaires