Retour

Entrevue avec un Québécois responsable d'une des pires sources de désinformation au monde

CHRONIQUE - J'ai consacré les deux dernières années et demie de ma vie professionnelle à combattre les fausses nouvelles virales sur le web. Peut-être que certains d'entre vous ont déjà entendu parler de l'inspecteur viral? Eh bien, c'était moi. Après avoir analysé la véracité de centaines de nouvelles qui pullulent sur le web, j'ai eu envie de parler avec quelqu'un qui les produit. Ça s'est passé cette semaine.

Jeudi dernier, j'ai jasé avec un Québécois responsable d'une des pires sources de désinformation du monde pour tenter de comprendre ce qui l'anime.

Il s'appelle Olivier Legault. Son pote, Janick Murray-Hall, et lui ont créé, il y a quelques années, le site satirique le Journal de Mourréal. À ne pas confondre (comme plusieurs internautes l'ont fait) avec le Journal de Montréal. Leur site fait d'ailleurs toujours l'objet d'une poursuite de la part du propriétaire du véritable quotidien, Québecor, histoire qui a fait couler beaucoup d’encre l’été dernier.

Mais, voyez-vous, les médias québécois ont manqué un pan de l'histoire. Parce que, alors que des humoristes se déchiraient la chemise pour défendre le Journal de Mourréal, son droit à la satire et, par la bande, la liberté d'expression, nos deux amis s'affairaient à polluer le web anglophone de mensonges et de canulars.

Leur autre site s'appelle le World News Daily Report (WNDR). Il n'y a pas d'humour ou de satire, ici. C'est de la fausse nouvelle pure, de la désinformation.

Deux exemples de leurs plus grands succès de l'année 2016 :

  • « L'État islamique appelle les musulmans à voter pour Hillary Clinton » (522 912 interactions suscitées sur Facebook)
  • « Yoko Ono avoue avoir entretenu une relation homosexuelle avec Hillary Clinton » (933 573 interactions suscitées sur Facebook)

Et ça marche. Dans une analyse de Buzzfeed Canada des 50 fausses nouvelles ayant le plus circulé en 2016, le WNDR y apparaît cinq fois.

Bref, c’est exactement le genre de contenu contre lequel je me bats.

Vous brûlez sûrement d'envie de savoir comment s'est déroulée l'entrevue. Est-ce que je l’ai chicané pour l'effet néfaste qu'il a sur le web? M'a-t-il envoyé promener en ricanant et en se moquant de mon manque de sens de l'humour?

Non.

C’était plutôt une conversation cordiale, un peu comme si Batman et le Joker déclaraient une trêve pour aller prendre une bière, question de se parler de leur vision de Gotham.

C'est que, lui et moi, on a quand même plusieurs points en commun. On a tous deux compris le côté obscur du web et des réseaux sociaux, et le danger qu’il peut poser. Le hic, c’est que, lui, il a décidé de s’en moquer et d'en profiter. Moi, j'ai décidé de jouer au shérif. Mais, au final, on reste tous deux des geeks de la désinformation sur le web.

« Ah ouais, a-t-il lancé en riant quand je lui ai dévoilé l’identité de mon alter ego. Tu ne dois pas trop trop nous aimer. »

« Non, non, pas trop », lui ai-je avoué, sourire en coin.

J’ai appris que Google avait coupé en janvier les revenus de son site, tout comme ceux de quelque 200 sites de fausses nouvelles. C’est une des mesures que le géant informatique avait annoncées au lendemain de l’élection américaine, quand le scandale des « fake news », et de leur possible rôle dans l’ascension de Donald Trump, a explosé aux États-Unis.

Une victoire, alors, pour ceux qui, comme moi, combattent la désinformation?

Oui et non.

« C’est quand même moins rentable que c’était, surtout que WNDR continue de générer des pages vues en fou. Il nous faut quand même [un bon serveur pour héberger le site]. Le pire, c’est que tu fais des 100 000 ou 200 000 pages vues par jour, mais tu ne fais pas d’argent là-dessus. C’est un peu ridicule », reconnaît M. Legault (note : selon une estimation de HypeStat, un site qui évalue les revenus des pages web, WNDR générerait quelque 21 593 pages vues et 120,80 $ par jour).

Mais cela ne les arrêtera pas pour autant. Ils ont l’intention d’outrepasser Google et de trouver des partenaires commanditaires. « On va se refixer sur quelque chose. Sur WNDR, il y a souvent 3 millions de pages vues par mois. À un moment donné, on ne peut comme pas l’arrêter », affirme-t-il.

De l'humour?

Si Google a décidé de couper les vivres aux sites comme celui de M. Legault, c’est que plusieurs se posent de sérieuses questions sur les effets nocifs des fausses nouvelles sur le débat public, sur le climat politique et sur la polarisation des opinions.

« Personnellement, je ne vois pas d’humour dans les histoires que vous faites », lui dis-je.

« Ça dépend… Des fois, l’idée, c’est de faire réfléchir sur une question », affirme-t-il.

Il hésite un peu.

« Dans un sens, il y a un but dans tout ça, d’emmener l’autocritique chez les gens », finit-il par avancer.

Je lui donne l’exemple de leur histoire sur l’État islamique qui appelle les musulmans à voter pour Hillary Clinton. Je lui demande : « Est-ce que le lecteur est supposé comprendre que c’est une blague? »

« Logiquement, les gens sont supposés se poser la question. Pourquoi Daech ferait ça? Ils ne sont pas innocents au point de penser que s’ils appellent le monde à voter pour Hillary Clinton, ça va servir leur cause », juge-t-il.

Je maintiens la ligne : « Mais il y en a quand même des gens qui croient à vos histoires. Si on va voir les commentaires, sur votre page ou dans Facebook… Votre article a été partagé une centaine de milliers de fois. T’as pas peur qu’il y ait des gens qui prennent ça pour du cash? »

« Les gens qui prennent ça pour du cash, ce sont des gens qui veulent prendre ça pour du cash. C’est niaiseux à dire, mais… On prêche à des convertis. La majorité des gens qui le partagent comprennent que c’est une blague, et les autres le partagent parce qu’ils veulent y croire, pas parce qu’ils y croient vraiment », répond-il.

Ma collègue Marie-Ève Tremblay et moi avons justement rencontré une dame qui croit aux histoires comme celles lancées par le WNDR. J’ai analysé avec elle les articles (souvent faux) qu’elle partage sur sa page Facebook. Ce qu’elle m’a dit rejoint essentiellement ce que M. Legault a compris : si une histoire nous raconte ce qu’on veut entendre, on va la partager sans vérifier quoi que ce soit.

Je lui demande comment il se sent quand il voit des pages Facebook ultrapartisanes ou islamophobes reprendre ses histoires pour faire de la propagande haineuse.

« Ils n’ont pas besoin de nous autres. Ils ont inventé un espèce de cercle de pédophilie dans un restaurant », illustre-il, en référence au fameux « Pizzagate », une populaire théorie du complot qui voulait que la campagne d’Hillary Clinton gérait un réseau de prostitution juvénile dans une pizzéria à Washington.

Au final, un homme est entré dans la pizzéria en question avec une arme pour « mener une enquête » sur ce supposé réseau.

« Tu peux inventer un peu tout et n’importe quoi et les gens vont y croire. Honnêtement, c’est un peu inquiétant quand tu te rends compte de ça, ajoute-t-il. Tant que tu confirmes ce qu’ils veulent croire, ils vont le partager. Si tu vas à l’encontre de leur opinion, ils vont tout de suite penser que c’est une fausse nouvelle. Mais si tu vas dans le sens de leur opinion, ils vont le partager tout de suite. Ils perdent leur esprit critique. »

Ça, lui et moi, on est d’accord là-dessus.

Mais ce ne sont pas juste les internautes « un peu trop pressés » qui sont tombés dans le panneau du WNDR. M. Legault affirme avoir déjà donné des entrevues à des journalistes un peu partout dans le monde parce que ceux-ci croyaient que ses histoires étaient vraies. Il égraine un chapelet de médias majeurs internationaux - des gros noms, des noms que vous connaissez; ça fait peur - qui ont, tôt ou tard, repris ses histoires.

Il affirme conserver une copie d’un magazine québécois qui a déjà repris une de ses histoires en une.

« Je suis désolé, mais moi, je trouve ça hilarant. Voyons donc, t’as juste à vérifier le WNDR comme source. À un moment donné, c’est comme notre 50e hit, normalement, on est marqué partout comme un site de fausses nouvelles, dans tous les palmarès on est là, et même là, les journalistes trouvent le moyen de tomber dans le panneau. Tu ne devrais pas être journaliste si t’es pas capable de faire ta job mieux que ça », déclare-t-il.

Je l’avoue, je suis entièrement d’accord (mis à part que je ne trouve pas ça « hilarant »). On a déjà assez de misère à contenir les fausses nouvelles, c’est catastrophique quand un média d’information relaie une histoire bidon, inventée de toutes pièces par des jeunes dans un sous-sol qui veulent troller le web en entier.

Est-ce que le WNDR est drôle? Est-ce que la blague en vaut la peine? À vous de juger.

Plus d'articles