Éric Gagné songe sérieusement à sortir de la retraite et à revenir dans le baseball majeur.

Malgré ses 41 ans, le lanceur de Mascouche croit encore avoir l’étoffe nécessaire pour convaincre une équipe de lui donner une chance.

Entraîneur invité au camp des Dodgers de Los Angeles, il a lancé pendant des exercices au bâton et il a ce qu'il faut pour jouer dans les grandes ligues maintenant, d’après la légende Orel Hershiser qui s’est confié au site internet de MLB.

Et selon le site web de The Score, le releveur des Dodgers, Kenley Jansen s’est aussi dit impressionné par l’arsenal du Québécois.

La rapide de Gagné atteignait les 92 ou 93 milles à l’heure lors de sa dernière apparition dans le baseball organisé, en septembre dernier, à Ottawa, dans un match de la Ligue Can-Am.

L’agent du droitier, Scott Leventhal, affirme que son client a déjà eu des essais avec quelques équipes ( les Padres et les Diamondbacks selon mlb.com) et il est prêt à lancer deux jours de suite devant des dépisteurs pour prouver son endurance.

Gagné se prépare actuellement à défendre les couleurs du Canada à la Classique mondiale, en mars.

Il a lancé son dernier match dans les majeures en 2008, avec les Brewers de Milwaukee. Il n’avait alors que 32 ans.

Mais c’est avec les Dodgers de Los Angeles qu’il a connu ses heures de gloire. Entre 2002 et 2004, il s’est établi comme le meilleur releveur du baseball en enregistrant 152 sauvetages, dont 84 de suite, un record qui tient toujours.

En 2003, Gagné remporte le trophée Cy Young grâce à ses 55 victoires protégées. « Game Over », comme on le surnomme alors, compile des statistiques ahurissantes : moyenne de points mérités de 1,20 et 137 retraits sur des prises en seulement 82 1/3 manches.

Mais à partir de 2005, deux opérations au coude et une autre au dos le ralentiront. Il ne préservera plus que 25 gains avant d’accrocher son gant avec les Brewers, après des passages au Texas et à Boston.

Cité dans le rapport Mitchell, commandé par le baseball majeur pour enquêter sur les cas de dopage, Éric Gagné passera aux aveux en 2010, admettant avoir consommé des hormones de croissance.

Plus d'articles