Retour

Et si Montréal, ville d'hiver, s'inspirait d'Edmonton?

C'est vrai, Montréal regorge d'activités hivernales! Mais profite-t-elle suffisamment de son potentiel? En tout cas, la capitale albertaine, Edmonton, convoite le titre de ville d'hiver par excellence au pays. Pour y arriver, elle a mis en place une stratégie qui ferait même rougir les plus frileux.

Un texte de Dominic Brassard

« On dirait que pendant les années 80 on voulait faire disparaître l'hiver. Mais depuis les années 2000-2005, on a commencé à dire "c'est ridicule... Ce sont de beaux mois!" », lance le directeur général de la Cité francophone d'Edmonton, Daniel Cournoyer.

C'est aussi ce que constate le conseiller municipal d'Edmonton Ben Henderson, l'un des instigateurs de cette stratégie hivernale. Selon lui, l'urbanisme des villes canadiennes n'a pas contribué à faire apprécier l'hiver. « Si on pense qu'on prend notre auto pour aller au travail avant le lever du jour, qu'on se gare dans un stationnement sous-terrain et que toute la journée, tout ce qu'on fait, c'est de rester à l'intérieur, vous ne respirez plus d'air frais, vous ne profitez plus de la lumière du jour, explique-t-il. Et on se demande pourquoi on devient déprimé! »

Edmonton a adopté une stratégie pour redonner le goût de l'hiver à ses citoyens. Ce plan prévoit des changements en urbanisme, en architecture, mais il vise aussi à favoriser la pratique de sports d'hiver et la participation aux festivals.

Architecture et urbanisme

La stratégie d'Edmonton suggère aux urbanistes et aux architectes de mieux considérer la vie hivernale lorsque des places publiques sont conçues. Et ça change tout, selon l'urbaniste Nancy Macdonald, de la firme Stantec. « Avant, l'espace public était vraiment conçu pour l'été. Maintenant, ça a changé. On utilise de la couleur pour agrémenter le paysage hivernal et on maximise l'utilisation du soleil quand on dessine l'espace », illustre-t-elle.

Son collègue Simon O'Byrne, vice-président du service de l'urbanisme chez Stantec, croit que cette vision peut redonner le goût aux citoyens de profiter de la vie extérieure. « La meilleure façon de concevoir une ville d'hiver est de bloquer le vent et de remettre les gens au soleil. Il peut faire -5, mais s'il y a du vent, c'est horrible. Mais s'il fait -5 et qu'il n'y a pas de vent, alors ce n'est pas trop mal », dit-il.

Simon O'Byrne croit par ailleurs que les terrasses doivent demeurer ouvertes durant l'hiver, comme c'est le cas dans certains pays scandinaves.

Au Canada, en octobre, on ferme les terrasses. Et vous ne revoyez plus le mobilier avant le mois d'avril! Il faut maintenir ces terrasses ouvertes durant toute l'année, croit l'urbaniste. Pourquoi ne pas fournir des couvertures aux clients, installer des systèmes de chauffage, et s'assurer que les gens sont protégés du vent? Et s'il fait vraiment mauvais, vous pouvez installer des bâches de plastique tout autour.

Simon O'Byrne, vice-président du service de l'urbanisme à la firme Stantec

La stratégie hivernale de la Ville d'Edmonton prévoit aussi une amélioration de l'éclairage pour les piétons et l'illumination des bâtiments historiques. Dans les parcs, les infrastructures seront graduellement rénovées pour permettre l'installation de foyers au gaz, de toilettes ouvertes à l'année et de petites cabines de repos chauffées uniquement par les rayons du soleil.

Pour le conseiller municipal Ben Henderson, les villes canadiennes ont trop eu tendance à imiter dans le passé l'architecture et l'urbanisme des villes américaines, pourtant conçues pour un climat tempéré.

Les villes canadiennes sont relativement jeunes. Je crois qu'on essaie encore de comprendre comment être nous-mêmes dans notre propre milieu, dans notre propre climat. Et nous sommes encore tentés de copier ce qui se fait ailleurs, même si ça ne respecte pas qui nous sommes.

Ben Henderson, conseiller municipal à Edmonton

Des changements s'observent déjà au centre-ville d'Edmonton. Mais les urbanistes estiment qu'il faudra près de 30 ans pour que les espaces publics soient vraiment adaptés à l'hiver.

Activités hivernales

Edmonton a aussi choisi d'organiser un plus grand nombre d'activités et de festivals d'hiver. D'ailleurs, les patinoires se comptent maintenant par dizaines dans les quartiers, les pistes de ski de fond et de raquettes se multiplient, tandis que le vélo d'hiver gagne en popularité.

Les entreprises locales y trouvent leur compte et les touristes se déplacent pour cela, affirme le directeur général de la Cité francophone, Daniel Cournoyer.

Il y a peut-être dix ans, tu venais l'hiver puis tout le monde était enfermé à l'intérieur. Mais maintenant, tu peux louer des patins, louer des skis de fond, louer des raquettes... Tu peux profiter de l'hiver!

Daniel Cournoyer, directeur général de la Cité francophone d'Edmonton

Edmonton a d'ailleurs choisi d'investir dans plusieurs petits festivals d'hiver tout au long de la saison plutôt que de concentrer ses efforts en un seul gros événement.

La Cité francophone organise d'ailleurs, depuis quelques années, au début du mois de février, un festival extérieur appelé « Flying Canoë Volant ». Contes, glissades, descentes en canoë sur des pentes de ski, lancers de la hache... Les activités sont variées et elles visent à redonner le goût de l'hiver aux citoyens. Et ça fonctionne! En cinq ans, la participation a bondi : le festival francophone accueille maintenant près de 30 000 visiteurs.

Un peu plus loin, à quelques pas du centre-ville, un immense château de glace grand comme deux terrains de football a vu le jour dans la capitale albertaine. Des tuyaux d'eau installés en hauteur ont formé d'immenses monticules, un peu comme des chutes de glace.

Des sculpteurs aménagent chaque jour les lieux pour permettre aux visiteurs de s'y balader en toute sécurité. L'an dernier, plus de 200 000 personnes s'y sont rendues. Le château est devenu une véritable attraction dans la ville.

Le conseiller municipal Ben Henderson croit que cette stratégie hivernale va profiter aux citoyens de sa ville.

L'un des défis à Edmonton était de rendre la ville attrayante pour les plus doués ou les plus qualifiés. De conserver ici la jeune énergie que nous avons ou d'être en mesure de l'attirer... Je pense que de ce point de vue, c'est un investissement à long terme pour la Ville!

Ben Henderson, conseiller municipal à Edmonton

M. Henderson croit que l'ensemble des villes canadiennes auraient avantage à se doter d'une stratégie hivernale. Toutefois, selon lui, un tel plan ne peut être copié d'une ville à l'autre en raison des variétés de climats. Mais rien n'empêche les villes de s'en inspirer, ajoute-t-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine