Pendant qu'Eugenie Bouchard s'entraînait en vue de son match de deuxième tour aux Internationaux des États-Unis, Milos Raonic s'en est abstenu en raison de spasmes au dos.

Eugenie Bouchard se sentait bien à l'entraînement mardi matin. Il est vrai qu'il est plus facile de s'exercer au lendemain d'une victoire. Celle de lundi contre Alison Riske, en deux manches de 6-4, 6-3, était sa première dans un tournoi du grand chelem depuis janvier dernier.

On était loin de la perfection, mais il s'agissait sûrement d'un pas dans la bonne direction. Et d'un bon moyen pour faire taire les médias qui ont fait de la Montréalaise l'une de leurs têtes de Turc préférées.

« Je pense qu'ils ont été trop durs avec moi, juge-t-elle. C'est ce qu'ils font. Ils veulent toujours avoir quelque chose à écrire. Ils cherchent des titres accrocheurs. Je respecte ça. Mais j'essaie de ne pas trop lire et de ne pas le prendre trop personnellement. »

Un boulevard s'ouvre devant elle

Bouchard se retrouve en excellente posture pour atteindre les quarts de finale sans devoir affronter une joueuse du top 40 mondial.

L'élimination des Pliskova, Suarez-Navarro et Ivanovic, de même que le forfait de Maria Sharapova, ont chambardé son environnement au tableau principal. Un environnement certainement moins hostile.

Dans le camp de la 25e tête de série, on refuse de s'emballer et il n'est surtout pas question de prendre à la légère la prochaine rivale. La Slovène Polona Hercog, 64e au monde, est évidemment à la porté de Bouchard, mais il faudra s'en méfier mercredi.

« C'est une grande joueuse, elle a un très bon service, analyse Sylvain Bruneau, capitaine de l'équipe canadienne de la Fed Cup. Elle est très talentueuse, elle peut faire plein de trucs avec la balle. Elle est capable de varier la hauteur, les effets de balle, utiliser l'amorti et elle a un grand coup droit. Donc, quand on ne la presse pas, elle peut contourner avec son coup droit et faire pas mal de dommages. Il faut la presser. »

Bouchard-Hercog sera le 3e duel à l'affiche au Grandstand où l'action s'amorcera à 11 h (H.A.E.).

Cette rencontre suivra immédiatement celle entre Milos Raonic et l'Espagnol Fernando Verdasco.

Contrairement à Bouchard, le Canadien a préféré laisser sa raquette de côté, mardi, et se reposer.

Il est ennuyé par des spasmes au dos qui ne devraient toutefois pas compromettre sa présence au deuxième tour.

D'après un reportage de Diane Sauvé.

Plus d'articles

Commentaires