Retour

Evans et Poehling : deux centres de premier plan parmi les espoirs du CH

BILLET - Depuis le début des années 2000, le Canadien n'a déniché que deux joueurs de centre au repêchage : Maxim Lapierre (en 2003) et Tomas Plekanec (en 2001). Oui, vous avez bien lu. Cette interminable disette semble toutefois sur le point de prendre fin.

Le meilleur marqueur des rangs universitaires américains (jusqu’à présent) cette saison est Jake Evans, un centre originaire de Toronto que le Canadien a sélectionné au septième tour au repêchage de 2014. Il portait alors les couleurs d’une équipe junior A ontarienne.

Evans, qui fait 1,83 m (6 pieds) et 86 kg (188 livres), est le capitaine des Fighting Irish de l’Université Notre-Dame, en Indiana. Il a jusqu’ici inscrit 3 buts et 12 passes en 8 rencontres, et il était présent sur la patinoire pour 13 buts de son équipe à forces égales. Ces statistiques le placent au tout premier rang de la NCAA en attaque.

« Je suis content d’inscrire mon nom sur la feuille de pointage avec régularité. Compte tenu de mon rendement la saison dernière (13 buts et 42 points en 40 matchs), j’ai des objectifs assez élevés. Mais ce qui me motive le plus, ce sont les victoires de notre équipe. C’est ce qui me rend le plus heureux », expliquait Evans, mercredi, après une séance d’entraînement.

***

Les Fighting Irish ont participé le printemps dernier au tournoi du Frozen Four, qui regroupe les quatre meilleures équipes universitaires aux États-Unis. Cette saison, Notre-Dame occupe le 10e rang du classement national en vertu d’une fiche de 4-3-1.

« Notre classement en ce moment est correct, mais il y a certainement des défaites que nous aurions pu éviter. Notre équipe compte un bon pourcentage de joueurs de dernière année. Notre objectif consiste à monter plus haut qu’au 10e rang », précise Jake Evans.

Lorsqu’on lui demande de comparer son style à celui d’un joueur actif de la LNH, Evans n’hésite pas une seconde.

« Les partisans du CH ne seront peut-être pas contents d’entendre ça, mais mon modèle est Patrice Bergeron des Bruins de Boston. J’adore regarder jouer Bergeron! J’aime réussir les jeux importants autant en défense qu’en attaque et j’aime prendre les mises au jeu importantes aux deux extrémités de la patinoire. Ce sont les responsabilités qu’on me confie à Notre-Dame », dit-il.

- Jake, crois-moi, personne ne sera fâché d’entendre ta réponse!, l’ai-je assuré.

Evans raconte qu’il a régulièrement droit à des visites de représentants du Canadien.

« Ils étaient à nos matchs encore la semaine dernière. Nous gardons le contact et il m’aide à m’améliorer. Les gens du CH communiquent aussi avec notre entraîneur (Jeff Jackson) pour s’assurer que ma progression suit son cours. »

Dès que la saison universitaire prendra fin, plus d’une centaine de finissants de la NCAA signeront des ententes avec des équipes de la LNH. Fait à souligner : les joueurs complétant leur stage universitaire ont le choix de signer ou non un contrat avec l’équipe qui les a sélectionnés.

Au cours des dernières années, on a ainsi vu plusieurs joueurs faire faux bond à leur équipe. Le défenseur Justin Schultz et l’attaquant Jimmy Vesey en sont deux bons exemples. Evans, par contre, donne l’impression de vouloir poursuivre l’aventure avec le Tricolore.

« Je dispose encore de toutes mes options, mais le Canadien m’a fait confiance il y a trois ans. Ils ont misé sur moi. Alors c’est définitivement l’organisation au sein de laquelle j’aimerais aboutir », dit-il.

Si Evans continue de se profiler comme un joueur dominant au sein de la division 1 de la NCAA, il ne serait pas étonnant de le voir signer un premier contrat professionnel le printemps prochain et se joindre au CH ou au Rocket de Laval. Un peu comme le gardien Charlie Lindgren (qui était toutefois joueur autonome) l’avait fait il y a deux ans. Il faudra donc garder l’œil sur Evans.

***

Par ailleurs, le premier choix du CH au dernier repêchage, le centre Ryan Poehling, connaît aussi un fort début de saison avec les Huskies de l’Université St.Cloud, au Minnesota.

Malgré le fait qu’il soit âgé de seulement 18 ans (il n’en est qu’à sa deuxième année universitaire) et qu’il soit confronté match après match à des joueurs de 21, 22 et même 23 ans, Poehling occupe le 2e rang des marqueurs de son équipe (2 buts et 6 passes en cinq matchs). Au classement national, St.Cloud est classé 2e. On parle donc d’un alignement particulièrement relevé.

Au dernier camp de développement du CH, Poehling était (et de loin) le joueur le plus impressionnant sur la patinoire (même si Victor Mete faisait également partie des participants).

Poehling fait 1,88 m (6 pieds 2 pouces) et 84 kg (185 livres). Il excelle pour garder le contrôle de la rondelle des espaces restreints. Sa lecture de jeu et ses talents de passeur sont exceptionnels. Il est vraiment responsable défensivement. Son Q.I. hockey est très élevé.

Il portera vraisemblablement les couleurs de l’équipe américaine au prochain Championnat mondial junior. La qualité de son jeu est telle qu’il ne serait pas étonnant que le CH lui offre un contrat au cours de l’été.

Si Evans et Poehling réalisent leurs promesses, les partisans du CH pourront sabrer le champagne. Ce n’est pas tous les jours - loin de là - que des centres aussi intéressants émergent parmi les espoirs de l’organisation.

Plus d'articles

Commentaires