Retour

Faubourg Contrecoeur : 18 mois dans la communauté pour Daniel Gauthier

Le seul des huit accusés à avoir plaidé coupable dans le cadre du scandale du Faubourg Contrecoeur à Montréal a reçu sa peine aujourd'hui. Daniel Gauthier, l'ancien président d'une firme d'urbanistes, devra purger dans la communauté une peine d'emprisonnement de 18 mois pendant laquelle il exécutera des travaux communautaires.

En février, il a reconnu sa culpabilité à deux accusations de fraude et de complot pour fraude. Il risquait une peine maximale de 10 ans de prison.

Sa firme, Groupe Gauthier Biancamano Bolduc (GGBB), avait obtenu plusieurs mandats pour ce projet de développement immobilier.

Le Faubourg Contrecoeur est un projet de développement immobilier qui a été bâti sur un terrain de l'est de la métropole. Le terrain a été vendu par la Société d'habitation de Montréal (SHDM) à Construction Frank Catania en 2007 pour qu'elle y construise 1800 logements, au terme d'un processus d'appel d'offres mené par le GGBB.

La SHDM, qui venait de devenir une société paramunicipale, a vendu le terrain 19 millions de dollars, mais la facture du groupe Catania a été réduite de 14,6 millions en raison notamment des frais de décontamination.

La Couronne allègue qu'un stratagème a été mis en place dans le but de favoriser Construction Frank Catania et Associés pour ce projet.

GGBB aurait commencé à fournir des informations privilégiées à Frank Catania dans ce dossier dès février 2006, soit plusieurs mois avant que les entrepreneurs soient invités à répondre à un appel de qualification et à un appel d'offres dans ce dossier.

L'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal Frank Zampino, l'ex-président de Construction Frank Catania Paolo Catania, et l'ex-solliciteur de fonds du défunt parti Union Montréal, Bernard Trépanier, sont aussi au nombre des accusés dans cette affaire. Ils subiront leur procès en octobre.

Quatre autres individus qui travaillaient à Construction Frank Catania et Associés à l'époque, Martin D'Aoust, André Fortin, Patrice Pascale, Pasquale Fedele, doivent aussi répondre de leurs gestes.

Martial Fillion, qui était directeur général de la SHDM, avait aussi été accusé dans cette affaire, mais il est mort il y a deux ans.

Plus d'articles

Commentaires