Retour

Feist, un plaisir immense au festival Santa Teresa

CRITIQUE – De passage au festival Santa Teresa 2018, vendredi soir, Feist a gâté son public avec un concert de quelque deux heures dans l'église Sainte-Thérèse d'Avila. Alternant douceur et quasi-transe, la chanteuse canadienne a confirmé son grand retour après de longs moments de doutes.

Un texte d’Antoine Aubert

Jouer dans une église n’a rien de nouveau pour Feist, elle qui avait présenté son album Pleasure au sein de Trinity St Paul, à Toronto, en avril 2017. Les titres de son cinquième opus étaient encore très présents un an plus tard, à Sainte-Thérèse.

De Pleasure à Lost Dreams, en passant par Any Party ou I Wish I Didn’t Miss You, on a retrouvé le même son brut, imparfait, qui fait la spécificité de l’album. Bien loin de ce que laisse penser son titre, Feist raconte dans Pleasure les errements et les difficultés qui l’ont accompagnée pendant de longs mois.

Une voix et des frissons

Doutes ou non, sa voix reste toujours aussi habitée. Chaque montée dans les aigus donne des frissons et pare la native de Nouvelle-Écosse d’une intensité fragile qui émeut.

Tout au long d’un concert où les titres des albums précédents ont peu à peu pris leur place (notamment The Reminder et Metals), la déprime semblait en tout cas bien loin tant Feist a affiché un sourire rayonnant. Entourée de ses trois musiciens, elle a conquis son auditoire, en s’efforçant de parler français, mais surtout en conviant de nombreux spectateurs à quitter leur banc pour venir s’asseoir à ses pieds.

Ils n’ont pas tardé à se remettre debout, grâce au volcanique A Commotion, morceau sur lequel Feist semblait proche de l’extase. Après tout, on se trouvait dans l’église de Sainte-Thérèse d’Avila, une experte en la matière, a rappelé la chanteuse.

Apparition surprise de Safia Nolin

La douceur est revenue en fin de concert, grâce d’abord aux titres Mushaboom et Gatekeeper, chantés par Feist seule sur scène, puis lorsqu’elle a été rejointe sur scène par La Force, qui avait assuré sa première partie, et Safia Nolin. Toutes trois ont chanté la magnifique Cicadas and Gulls, accompagnées d’une simple guitare.

La soirée s’est achevée au son de 1234, le plus grand succès de Feist, mais remanié pour l’occasion, loin de la version utilisée par Apple pour faire la promotion de son iPod Nano. La célébrité commerciale de sa chanson avait d’ailleurs dérouté l’artiste. La voir se réapproprier sa création était le dernier moment de plaisir lors d’un concert qui, en la matière, a pris des allures de feu d’artifice pour les festivaliers de Santa Teresa.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fume un joint?