Félix Auger-Aliassime est devenu, dimanche, le 7e plus jeune joueur à remporter un titre sur le Circuit Challenger de l'ATP. Ses prouesses lui ont permis de faire un bond de 105 échelons au classement mondial et il se retrouve maintenant au 231e rang.

Un texte de Michel Chabot

À 16 ans et 10 mois, Auger-Aliassime a devancé nul autre que Novak Djkokovic dans ce prestigieux palmarès et se retrouve tout juste derrière Rafael Nadal. Michael Chang est celui qui a réalisé l’exploit à l’âge le plus tendre, soit 15 ans et 7 mois.

N’empêche, Auger-Aliassime ne pensait pas qu’il réussirait ce fait d’armes aussi rapidement

Maintenant qu’il a devancé ses propres attentes, le Montréalais de 1m91 visera certainement de plus hauts sommets en 2017. Mais il doit d’abord consulter son entourage, ce qu’il ne pourra pas faire avant les Internationaux de Blois, également en France, qui commence dès mardi.

« Je n’ai pas eu le temps de m’asseoir avec mon équipe d’entraîneurs (Guillaume Marx, Frédérique Fontang et Nicolas Perrotte) pour voir les nouveaux objectifs qu’on va se fixer pour la fin de l’année, admet le prodige québécois. Ça change un peu la donne, d’être classé 231e, je me rapproche des qualifications pour les tournois du grand chelem. Jouer les qualifications des Internationaux des États-Unis ce serait bien et finir parmi les 200 premiers joueurs mondiaux aussi ce serait très bien. »

Après Blois, le jeune homme reviendra au pays pour y disputer les Challengers de Winnipeg, Gatineau et Granby. Il ignore toutefois encore s’il recevra une invitation pour la Coupe Rogers, dont le volet masculin sera présenté à Montréal au début d'août.

« Je vais être content, peu importe si c’est en qualifications ou dans le tableau principal. C’est vraiment une super belle occasion de jouer devant ma famille et mes fans. J’espère juste d’arriver en forme et de jouer mon meilleur tennis. »

Force de caractère

À Lyon, le parcours d’Auger-Aliassime n’a pas été de tout repos. Il a dû combattre des chaleurs parfois extrêmes en plus de livrer des matchs difficiles dès le départ.

« J’ai gagné mes trois premiers matchs en trois manches. Ce que j’ai bien fait ç’a été de bien me battre mentalement et je suis resté positif à chaque moment. Je me poussais au bout de mes limites à chaque match et à la fin de la semaine, j’ai pu trouver le petit extra pour battre mes adversaires. »

Une première victoire chez les adultes qu’il n’est pas près d’oublier, surtout que l’accueil du public lyonnais lui a aussi grandement plu.

« D’avoir une foule presque partisane derrière moi, même quand j’ai joué contre un Français en finale, la foule était partagée. C’est vraiment quelque chose d’incroyable dont je vais me souvenir toute ma carrière. Une première fois, ça ne se remplace pas. »

Après sa victoire, sur Twitter, l'espoir canadien a cru bon faire un autre bond, dans le temps celui-là, avec la complicité de Tennis Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine