Retour

Femme enceinte poignardée à Montréal-Nord : le bébé a perdu la vie

Un homme connu des policiers pour des affaires de violence conjugale a été arrêté peu avant midi, lundi, et est soupçonné d'avoir poignardé sa conjointe enceinte au cours de la nuit précédente.

L'agression est survenue dans un logement situé sur le boulevard Langelier, près de la rue Pascal, dans l'arrondissement de Montréal-Nord.

Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui a été alerté vers 2 h 30, la victime, enceinte de huit mois, aurait été poignardée à plusieurs reprises par son conjoint. Le couple a deux autres enfants.

Présentant des blessures importantes, la victime a été conduite dans un centre hospitalier. Le porte-parole du SPVM, Jean-Pierre Brabant, mentionne qu'elle est « hors de danger » après avoir subi une césarienne. Le bébé a toutefois perdu la vie après l'intervention chirurgicale, a confirmé la police.

M. Brabant précise que les policiers s'étaient rendus sur place dans la soirée de dimanche, répondant à un appel de violence conjugale.

Le SPVM confirme par ailleurs que l'homme était connu des services policiers en matière de violence conjugale.

L'appel aux policiers, en pleine nuit, a été fait par des gens qui entendaient des cris non loin de l'appartement.

Le conjoint de la femme, âgé de 37 ans, avait fui avant l'arrivée des policiers. Il a été arrêté près du lieu de l'incident, peu avant midi, et a été transporté dans un centre d'enquête, où il doit être interrogé par des enquêteurs.

« À la suite de cette rencontre, il y aura des accusations qui seront émises au procureur, qui, lui, décidera des charges ou des accusations qui seront portées contre l'individu », a expliqué M. Brabant, soulignant que le suspect comparaîtra mardi.

Les enquêteurs interrogeront également la victime lorsqu'elle aura obtenu son congé du centre hospitalier, pour avoir un peu plus d'informations sur la séquence des événements et comprendre les circonstances qui ont mené à cette agression armée.

M. Brabant précise que des accusations seront sans doute portées contre le suspect même si la victime décide de ne pas porter plainte.

« Dans un cas de violence conjugale, par la loi, les policiers, pour la sécurité de la dame, vont porter plainte et vont faire le rapport et les démarches d'enquête pour localiser et porter des accusations. Alors même si la dame ne voulait pas porter d'accusations contre l'individu, les policiers ont le devoir de le faire. »

Le porte-parole confirme par ailleurs qu'un vol qualifié ayant eu lieu quelques heures après l'incident dans le secteur de Rosemont pourrait être lié au suspect.

« Avec les éléments qui avaient été recueillis sur les lieux par les policiers, la description de suspect et de véhicule qui avaient été vus par des témoins de l'événement, quelques informations concordaient avec la description du suspect impliqué dans la tentative de meurtre de Montréal-Nord. Alors présentement, deux enquêtes sont faites conjointement pour savoir si c'est le même individu. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine