Retour

Fermeture de la pisciculture de Lac-des-Écorces : des élus ne lâchent pas prise

Les élus des Hautes-Laurentides vont profiter de la campagne électorale provinciale pour tenter de sauver leur pisciculture. La station de Lac-des-Écorces élève des poissons pour ensemencer les lacs du Québec, mais le gouvernement Couillard veut la fermer.

Un reportage de René Saint-Louis, de l'émission Le 15-18

Depuis un an, les élus des Hautes-Laurentides tentent de sauver cette station située à quelques kilomètres de Mont-Laurier.

La semaine dernière, le préfet de la MRC Antoine-Labelle, Gilbert Pilote, a demandé à rencontrer le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, mais la rencontre n'aura pas lieu. La décision de Québec dans ce dossier, lui a-t-on dit, est définitive.

L'espoir –le seul qu'il reste disent les élus– c'est que la survie de la station devienne un enjeu électoral.

La station emploie sept personnes, mais elle crée aussi quinze emplois indirects dans la région, indique le maire de Mont-Laurier, Daniel Bourdon.

Le préfet de la MRC Antoine-Labelle, Gilbert Pilote, qui est aussi maire de la municipalité de Ferme-Neuve, abonde dans le même sens. D'autant plus, dit-il, que la MRC est composée de rivières et de lacs, ce qui en fait le paradis des pêcheurs.

Il souligne aussi que sept emplois dans les Hautes-Laurentides, où il n'y a que 35 000 habitants, c'est l'équivalent de plusieurs centaines d'emplois dans une région comme Montréal. « Chaque fois qu'on coupe sept emplois, ou cinq emplois, ou douze emplois, ça nous fait énormément mal », ajoute-t-il.

Gilbert Pilote dit que les préfets des huit MRC des Laurentides ont l'intention d'inviter les quatre chefs de partis afin de leur poser des questions sur le développement régional. Il a bien l'intention de les questionner sur l'avenir de la pisciculture de Lac-des-Écorces ainsi que sur d'autres enjeux régionaux comme l'élargissement de la Route 117.

Pourquoi cette fermeture?

Le gouvernement du Québec a trois stations piscicoles. Celle de Tadoussac élève des saumons, alors que celles de Lac-des-Écorces et de Baldwin-Coaticook, en Estrie, élèvent des poissons d'eau douce.

Contrairement à la pisciculture privée, celle faite par le gouvernement vise à ensemencer des lacs et des rivières en maintenant les caractéristiques génétiques des poissons propres à chaque plan d'eau.

La station de Lac-des-Écorces assure à elle seule 70 % de la production des trois stations gouvernementale. Comme l'eau y circule par gravité, sans avoir à être pompée, elle n'utilise que 25 % de l'électricité consommée par l'ensemble des stations gouvernementales.

La décision de la fermer est donc injustifiable selon le maire de municipalité de Lac-des-Écorces, Pierre Flamand, qui trouve que cela va à l'encontre des intérêts des Québécois.

Le ministre Luc Blanchette n'a pas voulu commenter le dossier, mais son ministère assure que la décision a été prise pour assurer une meilleure productivité à long terme. Le chef du service de la gestion des habitats aquatiques et de la production piscicole au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Yvon Boilard, dit qu'un investissement dans la station Baldwin-Coaticook permettra des économies d'échelle à long terme, une meilleure qualité de production et des gains de productivité.

Par exemple, dit-il, il y aura une diminution des coûts de la moulée qui sert à nourrir les poissons. Les frais de transport devraient aussi baisser, croit-il, car l'éclosion des œufs se fait déjà en Estrie et les alevins doivent ensuite être transportés à Lac-des-Écorces pour y être engraissés. Il souligne aussi que la station de Lac-des-Écorces ne traite pas les rejets de phosphore dans l’environnement alors que celle de Baldwin-Coaticook le fait.

Les maires des Hautes-Laurentides savent que leur station piscicole a besoin d'investissement. Études à l'appui, ils estiment que sa mise à niveau coûterait 5 millions et demi de dollars, soit beaucoup moins que les sommes requises pour agrandir la station de Baldwin-Coaticook.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine