Retour

Feu vert au nouveau Quartier des gares à Montréal, mais pas à n'importe quel prix

L'Office de consultation publique de Montréal accueille plutôt favorablement le projet, mais demande à l'administration Coderre de revoir ses plans pour améliorer le milieu de vie des habitants du quartier et des centaines de milliers de personnes qui y transitent tous les jours.

Un texte de René Saint-Louis

D'entrée de jeux, l'Office de consultation publique souligne que le vaste projet a été bien accueilli par les citoyens, les promoteurs immobiliers et les organismes qui ont participé aux audiences publiques l'été dernier.

Au total, près de 900 groupes et individus se sont exprimés lors des audiences qui portaient sur ce programme particulier d'urbanisme (PPU) qui englobe le secteur compris entre la gare centrale et la gare Lucien-L'Allier, et entre la rue Notre-Dame au sud et le boulevard René-Lévesque au nord.

La consultation montre cependant que certaines interventions sont perçues comme mal planifiées, incomplètes ou prématurées, écrit l'Office. Par exemple, l'Office rejette l'idée d'augmenter la hauteur maximale des édifices de 30 à 50 étages.

L'Office est d'avis qu'il n'est pas souhaitable de modifier la carte des hauteurs ponctuellement et à répétition, et qu'il faut plutôt examiner l'ensemble du territoire à l'étude. En conséquence, il recommande de retirer du projet de PPU la proposition de modification de la carte des hauteurs, écrit-on dans le rapport.

Le futur parc Ville-Marie 

L'Office émet aussi des recommandations pour améliorer le futur parc Ville-Marie qui traversera le quartier au-dessus de l'autoroute Ville-Marie. Ce vaste espace vert d'une superficie de 2,3 hectares, ne devrait pas être morcelé en y faisant passer trop de rues transversales puisque cela augmenterait l'insécurité des piétons, des cyclistes et des automobilistes

Il faudrait aussi que les nouvelles tours d'habitation, dont certaines sont déjà en construction, soient conçues pour héberger des familles.

« On croit que la stratégie de logement de la Ville, qui prévoit 15 % de logement social et 15 % de logement abordable, devrait s'appliquer dans le Quartier des gares. De la même façon, on souhaiterait qu'on imagine pas seulement un centre-ville fait pour des célibataires ou des couples sans enfants ». Dominique Olivier, présidente de l'Office de consultation publique de Montréal

Patrimoine

Divers participants à la consultation ont demandé que le projet fasse plus de place au rôle fondateur des chemins de fer, de la communauté noire et du jazz et aux bâtiments patrimoniaux encore présents tels que la gare Windsor et l'édifice des services fédéraux de l'immigration.

Les élus de Ville-Marie réagiront à ce rapport aujourd'hui. Et ils autoriseront dès ce soir, lors de la séance du conseil d'arrondissement, un prêt de 44 millions de dollars pour amorcer les travaux d'aménagement.

Plus d'articles

Commentaires