Retour

Fierté Montréal : un défilé à la fois « festif et revendicateur »

Les élus qui ont participé au défilé de la fierté Montréal, qui a animé le centre-ville dimanche après-midi, ont célébré la diversité tout en insistant sur l'importance de continuer à combattre les préjugés.

Fierté Montréal est le moment de réfléchir sur le chemin parcouru et les obstacles qui se dressent toujours à l’horizon, a déclaré le premier ministre Justin Trudeau avant de prendre part au défilé, qui a réuni des milliers de personnes.

« Chacun d'entre nous est aux prises avec des préjugés. Des préjugés que l'on ne voit pas, avec lesquels nous avons grandi, qui font partie de notre identité et que nous ne remettons pas en question », a-t-il déclaré.Pour M. Trudeau, le défilé de la fierté gaie est l'occasion de remettre en question « là où nous en sommes rendus » et « réfléchir au fait que nous ne sommes pas aussi ouverts que nous ne le pensons ».« Il faut se souvenir que les avancées réalisées au pays ne se sont pas produites par accident [...] Il y a encore beaucoup de travail à faire », a-t-il poursuivi.Selon le président fondateur de Fierté Montréal, Éric Pineault, le défilé est à la fois « festif, mais aussi revendicateur ».

« Oui, on a fait beaucoup de progrès, mais il y a encore beaucoup de choses à faire, a-t-il rappelé. Il faut défendre les personnes intersexes, les personnes transmigrantes, les jeunes qui souffrent d'homophobie et d'intimidation. Alors, on a fait des belles avancées, il faut continuer le travail. »Le maire de Montréal Denis Coderre, qui a pris part au défilé aux côtés du premier ministre du Québec Philippe Couillard, a salué le fait que Montréal « carbure à la diversité », tout en rappelant l’importance de « s’assurer de faire partie de la solution et de protéger ceux qui en ont besoin. »

Parcours symboliqueMené par un contingent formé d’Autochtones, le défilé a été lancé vers midi, à l’intersection du boulevard René-Lévesque Ouest et de la rue Drummond. Le cortège, composé de 270 contingents et de 30 chars allégoriques, a circulé ensuite vers l'est pour prendre fin à l'angle de la rue Alexandre-DeSève.Selon les organisateurs, le parcours a établi un lien symbolique « entre l'ancien village gai de l'ouest et le village actuel, à l'est ».

L'événement Fierté Montréal 2017, qui s'est amorcé le 10 août dernier, prend fin en soirée par un concert donné au parc des Faubourgs, au pied du pont Jacques-Cartier.

Visite spéciale de l'Irlande

M. Trudeau était accompagné pour l'occasion de son homologue irlandais, Leo Varadkar. À 38 ans, celui-ci est devenu en juin dernier le plus jeune premier ministre de l’histoire de l’Irlande – et le premier dirigeant ouvertement homosexuel du pays.

C'est la première fois qu’un chef de gouvernement étranger prend part à un défilé de la fierté gaie avec un premier ministre canadien au Canada, selon le bureau de M. Trudeau.

Fierté Montréal s'est réjoui de la présence du premier ministre irlandais, d'autant plus qu'il a été « élu chef dans un pays qui vient tout juste de légaliser le mariage entre conjoints du même sexe ».

En point de presse, M. Varadkar s'est d'abord exprimé en français, pour affirmer qu'il était « très content d'être à Montréal » pour une première visite en tant que premier ministre, disant être déjà venu plusieurs fois dans la métropole en tant que « ministre ou citoyen ».

Ottawa délie les cordons de la bourse

Par ailleurs, le gouvernement fédéral a annoncé dimanche une contribution totale de 463 300 $ à l'organisme Fierté Montréal.

Ce montant réunit du financement octroyé par Patrimoine canadien et Développement économique Canada.

« Cette fête haute en couleur nous permet de célébrer la culture et la fierté des communautés LGBTQ2 ainsi que d'unir les gens de tout âge et de tout horizon », a déclaré la ministre de Patrimoine Mélanie Joly, présente lors du défilé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine