Retour

Formule E : un succès « hors de toute attente », assure le maire Coderre

La course de formule E qui s'est déroulée en fin de semaine dans les rues de Montréal a été succès « hors de toute attente », a estimé lundi le maire Denis Coderre, en faisant le bilan de l'événement. Le promoteur evenko soutient que 45 000 personnes ont vu les pilotes s'affronter en piste, mais refuse de dévoiler le nombre de partisans qui ont payé leur billet.

« Pour une première, c'était vraiment quelque chose d'assez extraordinaire », a estimé M. Coderre, qui a parlé de « mission accomplie » au sujet de cet événement, dont il s'est fait un ardent promoteur. « Il y a eu très clairement un succès de foule. On a atteint nos objectifs. »

Le maire a reconnu que l'organisation de l'événement est certainement « perfectible », en évoquant notamment de meilleurs efforts à effectuer en matière de communication. Il a néanmoins soutenu que la majorité des résidents et des commerçants du secteur étaient satisfaits de la fin de semaine.

Le maire a en outre avancé que d'autres courses pourraient venir s'ajouter à celle de la formule E l'an prochain, sans en dire davantage. L'idée est de meubler les « temps morts » entre les moments où les voitures sont en piste, a-t-il précisé.

Montréal a un contrat de trois ans avec la formule E, avec une option pour trois années supplémentaires.

Assistance incertaine

Le vice-président exécutif d'evenko, Jacques Aubé, a souligné que 45 000 personnes ont accédé au site, installé temporairement près de la Maison de Radio-Canada, au centre-ville de Montréal, ce qui constitue un résultat « bien au-delà [des] attentes ».

Malgré de nombreuses questions, M. Aubé a cependant refusé de dévoiler combien de ces billets ont bel et bien été vendus plutôt que donnés. L'objectif était de vendre une « expérience client », a-t-il argué, dans la mesure où l'événement est là « pour des années à venir ».

Simon Pillarella, directeur général de Montréal c'est électrique, l'organisation à but non lucratif chargée d'organiser l'événement, a également évoqué un « énorme succès », puisque l'événement a réussi à fédérer l'ensemble des grands joueurs dans le domaine de l'électrification des transports.

« On veut faire encore plus l'année prochaine », a-t-il dit. « On espère que ça va accélérer la prise de conscience vers les transports alternatifs pour le futur. »

M. Pillarella n'a pas été en mesure de dire quelle portion de la marge de crédit de 10 millions de dollars que son organisme a obtenu grâce à une caution de la Ville pourra être remboursée aux contribuables. « On n'a pas encore tous les chiffres », s'est-il borné à dire.

Le président de la STM, Philippe Schnobb, n'a pu dire pour sa part combien aura coûté la gratuité des transports collectifs décidée par la Ville pour les journées de samedi et dimanche. Une analyse sera faite à ce sujet, a-t-il dit, en concédant que la somme finale pourrait tourner autour de 1 million de dollars.

Un succès sportif, selon le patron de la FE

Également présent pour ce bilan, le président et fondateur de la formule E, Alejandro Agag n'a pas tari d'éloges à l'endroit de la métropole et de tous ceux qui ont mis la main à la pâte pour organiser la course.

« La course qu'on fait hier, c'est sans doute une des meilleures, sinon la meilleure course qu'on a eue en formule E », a-t-il lancé. « L'organisation a été parfaite. Ça a été à un niveau supérieur. »

M. Agag a souligné, à l'instar du maire Coderre, que la course n'aurait pas pu se tenir au circuit Gilles-Villeneuve, comme la formule 1, puisqu'il est dans « l'ADN » de la formule E d'organiser ses courses sur des circuits urbains, afin que les gens soient près de l'action.

« La FE c’est plus qu’une course, a-t-il ajouté, c’est un message : il faut changer la façon [dont] on se déplace. Il faut changer toutes les voitures du monde d’essence à électrique », a-t-il affirmé, en rappelant les problèmes de pollution qui affligent les grandes villes du monde.

M. Agag a par ailleurs assuré que Montréal avait conclu une « très bonne entente » avec la formule E. Dire que la métropole est la seule à payer pour attirer les pilotes de son circuit est une « invention » des médias, a-t-il affirmé.

Le démontage des installations est commencé

Les imposantes installations qui ont permis l'accueil de la course de formule E ce week-end, et qui ont causé d'importantes entraves à la circulation au cours des dernières semaines, ont commencé à être démontées.

Répartis dans tout le secteur environnant la tour de Radio-Canada, au centre-sud de Montréal, les gradins, mais aussi les murets et les grillages de protection seront retirés d’ici une dizaine de jours, soit le 9 août, a indiqué la Ville par communiqué.

Les travaux seront principalement effectués de nuit, ajoutent les autorités.

En attendant, plusieurs rues ont été rouvertes à la circulation :

  • l’avenue Viger Est, entre l’avenue Papineau et la rue Berri;
  • la rue Saint-Antoine Est, entre les rues Berri et Notre-Dame Est;
  • la rue Saint-Hubert, entre l’avenue Viger Est et la rue Saint-Antoine Est;
  • l’avenue Papineau, en direction nord, entre l’avenue Viger Est et le boulevard
  • René-Lévesque Est;

Les rues enclavées à l’intérieur du circuit sont également rouvertes à la circulation dès maintenant :

  • la rue Amherst, entre le boulevard De Maisonneuve Est et l’avenue Viger Est;
  • la rue De La Gauchetière Est, entre les rues Wolfe et Saint-Denis;
  • toutes les rues transversales entre le boulevard René-Lévesque Est et l’avenue
  • Viger Est, de la rue Saint-Hubert à la rue Wolfe (en circulation locale).

Certaines rues restent cependant encore fermées, comme la partie du boulevard René-Lévesque devant Radio-Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine