Retour

Forum social mondial : les organisateurs craignent une faible participation

Le 12e Forum social mondial (FSM) débutera mardi par une grande marche altermondialiste à Montréal, mais les organisateurs craignent que le nombre de participants soit plus bas que prévu cette année, notamment en raison de nombreuses embûches rencontrées pour l'obtention de visas.

En théorie, plus de 50 000 personnes et près de 5000 organisations doivent participer, jusqu'à dimanche, à ce qui se veut le plus grand rassemblement citoyen - et donc non gouvernemental - visant à trouver des solutions aux enjeux avec lesquels le monde est aux prises.

Cela représente moins de participants que lors des éditions précédentes. C'est la première fois que se tient dans un pays de l'Amérique du Nord ce sommet altermondialiste qui a vu le jour au Brésil en 2001, et plusieurs ont trouvé la destination trop chère.

De plus, à 24 heures du lancement officiel, bon nombre des invités n'ont toujours pas obtenu leur visa du Canada. Les organisateurs disent qu'ils ont reçu 315 réponses aux 2000 lettres transmises et que, du nombre, ce sont toujours 70 % qui ont vu leur demande de visa refusée, malgré les démarches des dernières heures.

« Le gouvernement est très au courant de la situation et on espère qu'on va avoir des nouvelles positives », dit Carminda Mac Laurin, co-coordonnatrice du FSM, qui estime que le Canada met son image en jeu avec ses politiques restrictives par rapport aux invités et conférenciers.

Citoyenneté et Immigration Canada a déjà blâmé l'organisation du FSM 2016, en rappelant que celle-ci aurait dû suivre toutes les démarches de façon rigoureuse, mais les organisateurs affirment qu'ils ont fait tout ce qu'ils étaient en mesure de faire pour faciliter la chose.

« C'est très, très complexe, la démarche d'obtention de visa, a critiqué à son tour Raphaël Canet, co-coordonnateur du FSM 2016. La procédure est longue et difficile. Et il y a un processus de privatisation d'assistance à la demande de visa. En général, le gouvernement dit : "Faites affaire avec une compagnie privée, qui va faciliter les démarches." Et ça, ce sont des coûts supplémentaires. C'est triste parce qu'il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas rentrer à cause de ce processus-là. »

Mme Mac Laurin croit par ailleurs que plusieurs inscriptions se feront à la dernière minute.

Des « alternatives concrètes »

Regroupant lors de chaque édition des dizaines de milliers de participants venus de plus d'une centaine de pays, le FSM se présente comme le pendant social du Forum économique mondial qui se déroule chaque année en Suisse.

« Un moment traditionnel du Forum où toutes les mobilisations se rejoignent : les enjeux étudiants, les enjeux environnementaux, les enjeux des femmes, des enfants, en santé... », explique Carminda Mac Laurin.

Il a pour objectif de trouver « des alternatives concrètes au modèle économique néolibéral et aux politiques fondées sur l'exploitation des êtres humains et de la nature », est-il précisé sur son site web.

Le FSM a eu lieu chaque année depuis 2001, sauf en 2008, en 2010, en 2012 et en 2014. La candidature de Montréal pour la rencontre de 2016 avait été retenue lors du FSM de 2015 à Tunis.

Le tout premier FSM, à Porto Alegre, était né d'un refus de laisser les pays riches et les « seigneurs du monde » tout décider entre eux, au Forum économique de Davos, et « continuer à dominer le monde », raconte en entrevue l'un de ses cofondateurs, le Brésilien Francisco Whitaker.

« Il faut aussi que nous, les dominés, ayons notre espace pour dire : "Un autre monde est possible" », affirme-t-il.

« Il ne faut pas laisser les problèmes être résolus d'après la logique de l'argent. Il faut régler les problèmes d'après la logique des gens, c'est à dire des besoins humains, des aspirations humaines, insiste M. Whitaker. Et pas cette chose impersonnelle qui s'appelle "argent". »

Les activités se tiendront cette semaine à l'Université du Québec à Montréal, au Cégep du Vieux Montréal, à l'Université McGill, à l'Université Concordia, au Quartier des spectacles, à la Société des arts technologiques, au Monument-National et à la Maison de développement durable.

Il avait été momentanément question que l'ancien rival d'Hillary Clinton, l'Américain Bernie Sanders, participe au Forum, mais Mme Mac Laurin confirme qu'il ne viendra finalement pas. Il a toutefois enregistré un message, qui sera diffusé lors de l'événement.

Plus d'articles

Commentaires