Retour

Gilles Cloutier va invoquer les délais judiciaires pour éviter son procès

Accusé de gestes sexuels sur une mineure, l'ancien témoin vedette de la Commission Charbonneau Gilles Cloutier va déposer une requête en arrêt des procédures en raison de délais déraisonnables.

Un texte de Genevieve Garon

L'ex-organisateur politique de 76 ans fait face à cinq chefs d'accusation pour des événements qui seraient survenus il y a près de 50 ans. Il est accusé d'attentat à la pudeur et de grossière indécence sur une mineure et de voie de fait sur une autre.

En attente de son audience au palais de justice de Saint-Jérôme, jeudi, M. Cloutier a affirmé être pressé d'en finir avec les procédures judiciaires. « Heureusement que je suis à la retraite... Ça a de grandes conséquences sur mes relations avec les gens », a-t-il confié en faisant référence à sa réputation ternie.

Son procès devant juge seul est prévu le 12 juin prochain. Par contre, son avocat, Simon Dolci, a indiqué qu'il avait l'intention de déposer une requête en arrêt des procédures pour délais déraisonnables.

En vertu de l'arrêt Jordan rendu l'été dernier par la Cour suprême, des procédures judiciaires devant la Cour du Québec ne devraient pas excéder 18 mois. Or, au début de son procès, cela fera 39 mois que Gilles Cloutier aura comparu pour la première fois.

Si la requête est rejetée, Me Dolci prévoit un procès de deux heures seulement. Les deux victimes alléguées devraient témoigner. Questionné à ce sujet, Me Dolci s'est contenté de répondre que le procès « va aller vite ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine