Retour

Grabuge aux FrancoFolies : six blessés et deux arrestations

Six policiers ont été blessés à la suite d'incidents violents survenus à la place des Festivals vendredi soir. Les perturbations ont mené à l'arrestation de deux hommes qui seront accusés de voies de fait, d'agression armée, de méfait et d'entrave au travail des policiers.

L'escouade antiémeute du Service de police de Montréal (SPVM) est intervenue dans le Quartier des spectacles à la suite d'un mouvement de foule violent survenu vers 23 h 30. À ce moment, deux spectacles extérieurs - un rappeur et un groupe de métal - étaient présentés dans le cadre des FrancoFolies.

L'origine de la perturbation reste obscure, mais selon le SPVM, le mouvement de foule aurait pu débuter après une altercation entre deux individus. 

Des traces de sang étaient visibles près d'une des scènes. Des armes blanches ont également été retrouvées sur les lieux.

La police fait état de divers méfaits, dont des dégâts à son quartier général, rue Saint-Urbain, entre la rue Sainte-Catherine et le boulevard De Maisonneuve. Des fenêtres d'édifices publics ont été fracassées, tandis que des kiosques de nourriture ont été renversés. Des individus ont utilisé des briques et des cônes orange pour vandaliser certains établissements et véhicules stationnés. Les dommages s'étendent de la rue Saint-Denis jusqu'à la rue Drummond.

Six policiers ont subi des blessures qui ne font pas craindre pour leur vie. Ce bilan pourrait toutefois changer, selon le SPVM. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l'accident. Les policiers examinent présentement 12 scènes de crime en lien avec les événements, ce qui pourrait avoir une incidence sur la durée de l'enquête.

Un évènement « isolé » disent les organisateurs des FrancoFolies

Malgré cet incident, les organisateurs des FrancoFolies de Montréal se veulent rassurants et invitent la population à venir assister à la dernière soirée du festival. Ils assurent que l'endroit est sécuritaire.

« C'est un cas isolé », a soutenu le PDG des FrancoFolies, Jacques-André Dupont lors d'une conférence de presse dimanche pour présenter le bilan du festival. « On a vu des jeunes qui avaient le goût de faire le party un peu trop. Certains ont essayé de monter sur la scène. On a dû intervenir. Les gens sont peut-être partis de mauvaise humeur », a dit M. Dupont, en ajoutant qu'il est satisfait de la collaboration entre son équipe de sécurité et celle du SPVM.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine