Malgré de forts vents, le Belge Greg Van Avermaet (BMC Racing) a triomphé à l'issue d'un sprint final endiablé pour remporter le Grand Prix cycliste de Montréal (GPCM), dimanche.

Par temps frais et sous un ciel ensoleillé, Van Avermaet, qui avait terminé deuxième à Québec, vendredi, a complété l'épreuve de 205,7 km en 5 h 26 min 50 s.

Le médaillé d'or en cyclisme sur route aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro a devancé au fil d'arrivée dans l'ordre le Slovaque Peter Sagan (Tinkoff) et l'Italien Diego Ulissi (Lampre Merida).

Sagan tentait de devenir le premier cycliste depuis l'Australien Simon Gerrans en 2014 à balayer les honneurs des GPCQM au cours d'un même week-end. Le Slovaque figurait parmi les favoris pour l'emporter puisqu'il avait déjà remporté le GPCM en 2013.

Un Canadien meilleur grimpeur

Benjamin Perry (Équipe Canada) a remporté le titre de meilleur grimpeur, tandis que son compatriote Ryder Hesjedal (Trek-Segafredo) a été le meilleur représentant de l'unifolié. Hesjedal succède donc à Guillaume Boivin (Équipe Canada), qui avait pris le 17e échelon du Grand Prix cycliste de Québec vendredi.

La course s'est mise en branle sous un ciel nuageux, mais il s'est dégagé au fur et à mesure que l'épreuve progressait. Les conditions se sont néanmoins révélées très difficiles pour les coureurs, puisque des rafales de vent atteignant 60 km/h ont balayé le circuit pendant une bonne partie de la journée.

Un petit groupe de six coureurs, mené par Perry et Matteo Dal-Cin (Équipe Canada), s'est progressivement détaché jusqu'à environ 75 km du fil d'arrivée. Le peloton principal, alors scindé en plusieurs petits groupes, l'a cependant englouti à deux tours de l'arrivée, mettant la table pour le sprint final.

Les cyclistes ont effectué 17 tours du tracé de 12,1 km qui ceinturait essentiellement le mont Royal. Le circuit du GPCM s'est révélé éreintant, notamment à cause du dénivelé de 229 m - dû, entre autres, à la voie Camilien-Houde (211 m) et au fameux « mur » de Polytechnique (158 m).

Au total, 167 cyclistes ont pris le départ du GPCM, qui en était à sa septième année d'existence. Il s'agissait également de la deuxième et dernière épreuve en sol nord-américain du circuit World Tour de l'UCI cette saison, après celle de Québec vendredi après-midi.

Plus d'articles

Commentaires