Retour

Guns N’ Roses à Montréal : le concert extérieur le plus cher de l’histoire?

158 $. C'est la somme qu'il faut débourser pour se procurer les moins bons billets en vue du concert de Guns N' Roses le 19 août 2017 au parc Jean-Drapeau à Montréal. Non, il n'y a pas de faute de frappe. Vous avez bien lu : c'est le prix des moins bons billets. Pour paraphraser Obélix : ils sont fous ces Gunners!

Cela fait un certain temps que l’on ne s’offusque plus des sommes colossales qu’il faut dépenser afin d’assister à des spectacles, quoique bien des gens aient hurlé en octobre quand Coldplay a mis en vente ses meilleurs billets en prévision de ses concerts de l’an prochain au Centre Bell pour 256 $. De la petite bière, en définitive, en comparaison avec les billets de la bande à Axl Rose.

Ce qui frappe l’imaginaire ici, ce ne sont pas les prix prohibitifs des meilleurs billets de Guns N’ Roses, mais ceux des billets à prix modique... Débourser 433 $ pour être juché sur la grande plateforme située à gauche de la scène (même emplacement qu’à Osheaga) ou 332 $ pour être sur les flancs droits et gauches de la plateforme avancée (dans le « pit », comme on dit familièrement), ça peut sembler démesuré, mais chaque groupe ou artiste de stature internationale a un lot d’irréductibles prêt à dépenser de telles sommes. Pas de surprise de ce côté.

J’ajoute qu’il y a des forfaits (avec visites en coulisses, billets commémoratifs, bar ouvert, etc.) offerts à 1250 $, 850 $ et 575 $. N’ayez crainte, tous ces billets vont trouver preneurs.

Là où je suis éberlué, c’est de voir le prix des billets d’admission générale : 227 $ dans la zone la plus rapprochée et 158 $ dans celle plus éloignée. Guns N’ Roses semble, à mes yeux, oublier une loi non écrite du show-business : pouvoir donner la chance à ses admirateurs les moins fortunés d’aller l’applaudir.

Même les Rolling Stones, dont certains billets à l’unité sont l’équivalent d’un paiement mensuel d’hypothèque, n’ont pas oublié ça. Pour leur spectacle au Centre Bell en 2013, les billets les plus chers (hormis les forfaits) étaient à 635 $, mais 1000 billets étaient offerts à 85 $.

L’an dernier, les meilleurs billets de U2 au Centre Bell se vendaient 305 $, mais une portion de ceux au parterre était de l’ordre de 60 $. Et les admirateurs pouvaient être massés devant la petite scène pour ce prix « dérisoire ». Cette année, Paul McCartney vendait ses meilleurs billets courants (toujours en excluant les forfaits) à 327 $ pour ses escales canadiennes en aréna, mais les billets dans les gradins supérieurs étaient de l’ordre d’une centaine de dollars. Et dans tous ces cas, on parle de spectacles en aréna. Même Sting a vendu ses billets de parterre au Métropolis (6 mars 2017) pour moins de 150 $.

Plus cher à Montréal qu'ailleurs

Un parterre extérieur à 227 $ et 158 $, sauf pour des spectacles caritatifs, je n’ai jamais vu ça. Pas au Canada en tout cas, qu’il suffise de noter qu’il en coûte environ 90-100 $ pour un billet d’admission générale quotidien à Osheaga. On parle de 10 heures de musique en continu avec des têtes d’affiche internationales comme Radiohead, Eminem ou Florence and the Machine pour couronner le tout.

Je comprends que Guns N’ Roses veut profiter de cette tournée de retrouvailles pour passer à la caisse. Après tout, les admirateurs des Californiens espéraient la réunion d’Axl et de Slash au sein du groupe depuis des décennies. Mais au point de demander de telles sommes?

Curieusement, la fourchette de prix dans d’autres villes internationales n’est pas exactement la même. En Australie – où sera le groupe en février –, les billets bas de gamme (sièges réservés) pour le concert en stade à Melbourne sont vendus à 92 dollars australiens (le dollar canadien est au pair avec le dollar australien). Des billets d’admission générale (debout) à Sydney étaient vendus le même prix. On sait que Montréal est une grande ville internationale qui célébrera son 375e anniversaire l’an prochain, mais au point que les billets les moins chers pour un spectacle soient 70 % plus chers que ceux en Australie? Gourmands, les Gunners.

Un jeune collègue à moi qui adorait Guns N’ Roses à l’adolescence m’a déjà signifié qu’il ne sera pas présent au parc Jean-Drapeau l’été prochain. Un autre pote, un irréductible du groupe celui-là (il a vu Guns N’ Roses plus de 20 fois en spectacle), va aussi passer son tour à cause des prix demandés.

Il n’a visiblement pas 316 $ à mettre sur une paire de billets pour le Not In This Lifetime Tour, qui plus est pour voir son groupe favori loin de la scène, au fond d’un parc. Peut-être même sous une averse estivale. Quel est le titre de la chanson, déjà? Ah, oui. Welcome to the Jungle.

Plus d'articles

Commentaires