Retour

Hausse attendue du nombre d'élèves à la prochaine rentrée scolaire

La démographie et l'immigration risquent de créer une pression sur les écoles des commissions scolaires francophones de Montréal et de la Rive-Sud à la rentrée scolaire 2016, selon les prévisions d'inscriptions. Certaines commissions scolaires sont prêtes, alors que d'autres manquent d'espace et cherchent des solutions.

Un texte de Dominic Brassard

À la Commission scolaire de Montréal notamment (CSDM), 1800 élèves pourraient s'ajouter à la rentrée, selon les prévisions. La présidente, Catherine Harel-Bourdon, affirme que c'est « du jamais vu ». Sa commission scolaire observe une tendance à la hausse depuis quelques années et de nombreuses écoles débordent déjà.

Cette nouvelle augmentation d'effectifs scolaires pourrait donc occasionner des déplacements d'élèves. À l'école Sainte-Cécile du quartier Villeray, à Montréal, quelques parents ont reçu une lettre les avisant que leur enfant risquait de devoir changer d'école.

Cette possibilité inquiète les parents concernés, dont Geneviève Beyries, maman d'une élève de 1re année. « J'étais choquée, parce que je ne pensais pas que c'était possible. C'est notre école de quartier. Je trouve que c'est vraiment de déraciner un enfant », déplore-t-elle.

La CSDM affirme que la décision définitive ne sera prise qu'en août. Mais sa présidente, Catherine Harel-Bourdon, souligne que la pression démographique est forte et va se poursuivre. « Pour la rentrée 2017, la rentrée 2018 et la rentrée 2019, il y a des enjeux majeurs dans certains quartiers », prédit-elle.

La Rive-Sud y goûte aussi

L'augmentation de clientèle prévue touche aussi la Rive-Sud. À la Commission scolaire des Patriotes, 700 élèves de plus sont attendus. Quelques agrandissements et constructions d'écoles vont permettre d'absorber une partie de cette hausse.

Mais d'autres projets de construction attendent toujours le feu vert du ministère de l'Éducation.

La présidente de la Commission scolaire des Patriotes, Hélène Roberge, explique que les critères du ministère sont précis. « Pour qu'un agrandissement ou une nouvelle école soient autorisés, il faut qu'il y ait un manque d'espace de 125 places dans un rayon de 20 kilomètres. C'est ce qui fait qu'entre le moment où on commence à avoir des surplus d'élèves et l'obtention d'une réponse favorable du ministère, il y a nécessairement une pression qui fait en sorte qu'on doit trouver des solutions à l'intérieur de l'école », explique-t-elle.

À Saint-Amable par exemple, Hélène Roberge explique que les directions d'établissements scolaires ont trouvé des solutions temporaires. Trois classes primaires sont donc hébergées dans une école secondaire du quartier pour éviter les déplacements d'élèves.

Pour sa part, la Commission scolaire Marie-Victorin (Longueuil) s'attend aussi à une hausse d'inscriptions d'environ 500 élèves à la rentrée. On précise toutefois que les constructions et les agrandissements d'écoles vont pallier cette augmentation.

Moins d'appréhensions à l'est de Montréal

Dans l'est de Montréal, la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île (CSPI) devra aussi accueillir plus d'élèves, mais « elle s'est préparée », dit son président, Miville Boudreault.

Depuis 2009, la commission scolaire a investi 127 millions de dollars pour construire ou agrandir ses écoles et ainsi répondre à la tendance démographique.

Miville Boudreault affirme que sa commission scolaire a surtout choisi d'agrandir ses écoles primaires et secondaires qui possédaient déjà de grands terrains. Certaines écoles primaires de la CSPI ont donc aujourd'hui l'espace nécessaire, mais leur taille a changé, précise Miville Boudreault. « Ce qui est inévitable par rapport à ça, dit-il, c'est que nous avons des écoles de grande dimension, de grande taille, dont certaines de 1000 élèves. »

À l'autre extrémité de l'île de Montréal, la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys prévoit pour sa part qu'environ 900 élèves de plus seront inscrits dans ses établissements à la rentrée. Elle soutient disposer d'assez d'espace pour répondre à cette nouvelle demande.

Plus d'articles

Commentaires