Retour

Héritage Montréal dénonce la destruction d'un bâtiment incendié

L'organisme Héritage Montréal estime que la décision de raser les façades de trois immeubles patrimoniaux qui ont brûlé vendredi a été prise de façon précipitée. Pendant le week-end de Pâques, des pelles mécaniques ont jeté par terre ce qu'il restait des édifices qui faisaient l'objet d'un énoncé d'intérêt patrimonial émis par la Ville.

Un reportage de René Saint-Louis

Selon le Service de sécurité incendie de Montréal, la décision de tout raser a été prise samedi par mesure de sécurité.

Le chef aux opérations des pompiers, Luc Robillard, précise que les façades des immeubles situés au coin des rues Wellington et King menaçaient de s'effondrer et qu'il était dangereux de travailler à proximité ou même de tenter d'installer des structures pour les soutenir.

Il reconnaît que la décision a été prise sans consultation avec les ingénieurs ou les architectes de la Ville.

« Nous, on a des gens en évaluation de bâtiment pour la santé-sécurité au travail qui font l'évaluation du bâtiment. Par rapport aux risques d'effondrement de structure, qu'ils soient précaires ou pas précaires, tant que l'intervention est en fonction, c'est nous les chefs de file sur l'intervention », affirme le chef aux opérations des pompiers, Luc Robillard.

Dans les heures qui ont suivi l'incendie, Héritage Montréal avait pourtant demandé à la Ville de prendre le temps de réfléchir à ce qui pourrait être sauvé, entre autres les façades.

Le porte-parole de l'organisme, Dinu Bumbaru, avait demandé à ce que les mesures d'urgence soient prises en tenant compte d'un sens du devoir patrimonial. Selon lui, la Ville avait toute l'expertise nécessaire pour éviter une décision précipitée.

Dinu Bumbaru n'est pas contre les mesures de sécurité mais se demande si le Service de sécurité incendie a une sensibilité au patrimoine. Il rappelle que ses décisions sont irrémédiables.

« Le Service incendie ce n'est pas une république autonome, c'est un service de la Ville de Montréal. Si la Ville avec l'administration Coderre se présente comme une administration sensible au patrimoine il faudrait que la connexion se fasse et s'assurer que les décisions sans appel du service incendie soient prises en tenant compte du patrimoine aussi. Le Service incendie fait partie de la protection du patrimoine. Ce n'est pas un service de destruction du patrimoine et c'est pour ça qu'on les voit avec beaucoup de respect. Mais il faut que dans l'ADN du Service incendie, il y ait la conscience patrimoniale de Montréal. », clame Dinu Bumbaru.

Héritage Montréal espère maintenant que des fouilles archéologiques auront lieu sur le terrain puisque l'énoncé d'intérêt patrimonial de la Ville fait état de vestiges associés à une occupation antérieure du site.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine