Retour

Heureux problème sur la ligne offensive des Alouettes

La congestion aux diverses positions sur la ligne à l'attaque des Alouettes permettra à Jacques Chapdelaine de présenter différentes formations cette saison, si le besoin se fait sentir. Cette situation favorable pour l'équipe l'est un peu moins sur le plan personnel pour Philippe Gagnon, qui n'agit plus comme garde partant.

Un texte de Félix St-Aubin

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ce proverbe s'applique également à l'intransigeant monde du football. Les ajouts de Jovan Olafioye et Brian Simmons aux extrémités du quintette offensif ainsi que la prolongation de contrat à Luc Brodeur-Jourdain ont eu un effet domino.

Brodeur-Jourdain a retrouvé son poste de joueur de centre, occupé par Kristian Matte au cours de la dernière campagne. Ce dernier a quant à lui renoué avec la position de garde à droite durant le camp d'entraînement, ce qui a eu pour conséquence de reléguer Gagnon sur la deuxième unité, un endroit réservé aux substituts.

La 2e sélection du repêchage 2016 de la Ligue canadienne de football (LCF), derrière son homologue Josiah St. John, des Roughriders de la Saskatchewan, a non seulement participé aux 18 rencontres de la saison 2016, elle les a amorcées dans leur intégralité.

Et le mastodonte de 6 pi 4 po (1,93 m) et 311 lb (141,1 kg) a maintenu un bon rendement lors de son année recrue, ne laissant pas présager un léger recul dans la hiérarchie des Moineaux.

Après une entrée en matière précoce pour Gagnon, il devra vraisemblablement entamer sa deuxième campagne professionnelle plus près du banc des joueurs que des tranchées.

« En raison de la situation de l'an dernier, on n'avait pas de joueur de centre. Donc, Kristian Matte [a été déplacé] par défaut à cette position parce qu'il était un peu mieux établi que tout le monde. Philippe s'est alors retrouvé dans une situation positive, a soutenu Chapdelaine durant la première semaine du camp d'entraînement.

Le Québécois de 24 ans a bouclé son second camp d'entraînement à Lennoxville, mardi. Le fait de nager en eaux connues lui a permis d'aborder le tout avec plusieurs repères et de meilleures dispositions, des éléments non négligeables pour un athlète qui tente de faire sa place dans une nouvelle organisation.

« Oui, il y a eu un changement de régime, un nouvel entraîneur et une nouvelle terminologie, mais à la fin de la journée ce sont des choses qui se ressemblent même si elles ont changé de nom. Je suis un peu plus habitué lorsque je fais des répétitions et plus confortable », a remarqué Gagnon.

« C'est le fun d'avoir ce petit stress de moins sur les épaules et que la courbe d'apprentissage soit un peu moins élevée », a-t-il enchainé.

Un trio québécois

La fleur de lys est bel et bien imprégnée sur la ligne offensive montréalaise. La présence de partenaires de jeu du Québec se produisant depuis plusieurs années dans le circuit canadien a contribué à faciliter l'intégration de Gagnon dans le giron des Alouettes.

Le produit de Carl Brennan, entraîneur de la ligne à l'attaque du Rouge et Or de l'Université Laval, a ainsi le luxe de pouvoir apprendre les rudiments de ce boulot en compagnie de deux vétérans aguerris.

« Luc et Kristian ont agi à titre de mentors. Le lien est plus facile à faire, au départ, parce qu'ils sont des Québécois et aussi dû au fait qu'on joue à une position similaire, a commenté Gagnon. Ils sont capables de noter les petits points à corriger et de donner de l'information. »

« On peut dire qu'ils m'ont pris sous leurs ailes, a-t-il poursuivi. Ils m'ont grandement aidé, autant l'année dernière que cette saison. Ils font un travail incroyable, mais pas juste pour moi, pour toutes les recrues et les plus jeunes en leur apprenant comment le métier fonctionne. »

Matte s'est d'ailleurs senti fort choyé lorsqu'il a été mis au parfum de la déclaration de son coéquipier de sept ans son cadet concernant son statut de « mentor ».

« Je me sens honoré qu'il ait dit ça, c'est gentil, a répondu le vétéran de 31 ans, le sourire aux lèvres. On essaie de s'aider. Pour nous autres, il n'y a pas de secrets, on veut être les meilleurs. À mes yeux, il sera un très bon joueur de football pendant longtemps. »

Tous s'entendent pour dire que ce n'est qu'une question de temps avant que Gagnon ne rejoigne l'unité offensive partante. Cette régression dans l'organigramme des Alouettes n'est nullement un pas en arrière pour l’athlète de L’Ancienne-Lorette, mais tout simplement le fruit d'une ligne à l'attaque revampée et améliorée.

Plus tôt que tard, son tour reviendra.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine