Retour

Indignation contre l'éviction d'un locataire dans la Petite Italie

Le Comité logement de La Petite-Patrie se porte à la défense de Pierino Di Tonno, un photographe montréalais de 82 ans, qui risque l'expulsion du logement qu'il occupe depuis 40 ans.

Une conférence de presse sera organisée samedi ainsi qu'un rassemblement devant la célèbre épicerie Milano, boulevard Saint-Laurent dans la Petite Italie, pour demander aux propriétaires, qui sont aussi ceux du logement de M. Di Tonno, d'abandonner la procédure d'éviction.

La loi leur permet d'évincer un locataire pour effectuer des travaux de subdivision, ce qui est le motif invoqué dans cette affaire.

La cause est déjà portée devant la Régie du logement. M. Di Tonno doit se présenter à une audience, mardi prochain, assisté d'un avocat.

Mais pour Pierino Di Tonno, quitter le logement qu'il occupe depuis quatre décennies, et où il a son petit musée de photographies de grands personnages qu'il a côtoyés, tels que Tony Bennett, Paolo Conte et Sergio Leone, serait l'équivalent d'une catastrophe.

« À mon âge, commencer de zéro, ce n'est pas rien. Où je vais trouver un endroit pour mettre toutes mes photos, mes négatifs? J'ai la mémoire de la communauté italienne de Montréal », se désole M. Di Tonno.

Un motif remis en question

Selon l'organisme communautaire, M. Di Tonno a reçu un avis d'éviction des propriétaires après un séjour à l'hôpital pour une intervention chirurgicale. Le Comité logement doute des intentions réelles des propriétaires, rappelant que dans d'autres cas similaires, les travaux annoncés ne sont parfois jamais réalisés.

Martin Blanchard, du Comité logement, dit s'inquiéter de la multiplication des évictions de personnes âgées dans le quartier. Selon lui, sur les 800 tentatives d'éviction ou de reprise de logements des 10 dernières années, un tiers concerne des personnes âgées de plus de 65 ans.

L'organisme communautaire appelle par ailleurs le gouvernement du Québec à adopter rapidement le projet de loi 492, déposé en juin dernier par la députée de Gouin, Françoise David, et toujours à l'étude, qui obligerait les propriétaires à trouver un autre logement pour leurs locataires âgés. « Le propriétaire continue d'avoir le droit d'évincer un locataire pour agrandissement ou subdivision d'un loyer, mais on lui demande de faire un effort, c'est-à-dire de trouver un logement équivalent qui répond à ses besoins », explique Mme David.

Les propriétaires de Milano n'ont pas retourné nos appels ou voulu parler à la caméra. Leurs avocats leur ont conseillé de ne pas s'adresser aux médias pour le moment.

Avec des informations de Laurent Therrien et Marie-Ève Maheu

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine