Retour

Jean Pascal battu par décision majoritaire par Eleider Alvarez

MONTRÉAL – Eleider Alvarez a remporté une décision majoritaire 114-114, 117-111, 116-112 contre Jean Pascal, samedi soir au Centre Bell, pour conserver la ceinture Argent WBC des mi-lourds et son statut d'aspirant au titre mondial détenu par Adonis Stevenson.

Un texte de Jean-François Chabot

Au terme d'un duel enlevant et endiablé, Alvarez est sorti vainqueur sur deux des trois cartes de pointage officielles.

En l'emportant de manière quand même très convaincante, Alvarez a certainement élargi le cercle de ses admirateurs qui voient maintenant en lui une véritable menace pour le champion.

Les hostilités ont été rapidement lancées par Pascal qui a fait mouche dans les derniers instants du premier round. Mais la riposte d'Alvarez a obligé le Lavallois et ancien champion du monde à reculer.

Les deux boxeurs étaient nez à nez au terme des deux premiers engagements.

La foule s'est levée d'un bloc dans les 20 dernières secondes du troisième round quand les deux boxeurs se sont lancés dans des attaques à coups de massue.

À ce petit jeu, Alvarez a marqué des points pour passer en avant au pointage. Le manège s'est répété au quatrième où on a clairement senti la foule se ranger derrière le Colombien et Montréalais d'adoption.

C'est avec son jab précis qu'Alvarez s'est amusé à percer la muraille de Pascal tard au 5e round. Ce dernier est resté sans réponse face à la vivacité de son jeune rival.

C'est au 6e round que Pascal a enfin montré les dents pour atteindre Alvarez avec quelques bons crochets.

Au 7e, Alvarez persiste et marque avec son jab que ne peut contrer Pascal. Mise à part une rare esbroufe en fin de round, ce dernier continuait de prendre du retard.

Un round plus tard, Pascal arborait les marques laissées par les jabs répétés de son adversaire.

En difficultés et le dos dans les câbles en milieu de 9e round, Pascal a surgit et avec courage a tenu Alvarez en respect pour gagner le round.

Devenu guerre de tranchées, le 10e round a été vraiment très partagé. Alvarez a peut-être fait tout juste ce qu'il fallait pour inscrire le point.

Dans les rounds de championnats, Alvarez a confirmé sa supériorité technique pour mettre fin au débat et conserver son statut d'aspirant obligatoire à la ceinture mondiale WBC des mi-lourds.

En l'espace de deux mois, Alvarez a vaincu les deux boxeurs chouchous des Québécois, en Lucian Bute et maintenant Pascal.

Devoir accompli

En rencontrant les journalistes à la fin de la soirée, Alvarez a réitéré sa demande pour affronter Stevenson dans les plus brefs délais.

" Je viens de battre tout ceux que l'on a mis en travers de ma route. J'ai prouvé ma valeur. Je me sens plus prêt que jamais. Je suis un meilleur boxeur maintenant. Je veux ce combat de championnat ", a clâmé Alvarez.

Ses propos ont été appuyés tant par son entraîneur Marc Ramsay que par le promoteur Yvon Michel.

Ce dernier a vanté le sérieux de la préparation d'Alvarez qui contrairement aux autres vedettes de cette soirée, avait choisi de loger chez lui plutôt que dans une suite d'hôtel.

Humble, Alvarez a fait rire les gens présents dans la salle de presse (pas tous journalistes comme c'est souvent le cas avec GYM) en indiquant qu'il avait choisi son appartement parce qu'il y avait accès à toutes les chaînes de télé colombiennes et qu'il relaxait en regardant les matchs de soccer de son pays d'origine.

Pendant qu'Alvarez savourait l'attention médiatique qui lui était consacrée, Jean Pascal a choisi de ne pas venir affronter les questions des journalistes.

Voilà sans doute une défaite qui fait plus mal surtout après avoir évoqué la retraite en cas d'échec.

Zewski sans trembler

À son premier combat en plus d’un an et demi, le Trifluvien Mikael Zewski (28-1-0, 21 K.-O.) n’a connu aucune difficulté face au Mexicain Fernando Silva (15-11-3, 6 K.-O.).

Parfaitement en contrôle tout au long de ce duel de remise en forme, Zewski a récolté une décision unanime des juges ( 80-71, 80-71, 80-71 ).

Même s’il a envoyé son rival au tapis vers la fin du 6e round, on a bien senti que Zewski aurait voulu en finir plus tôt face à un adversaire visiblement dépassé par la vitesse de ses coups.

À part quelques rares ripostes de Silva, Zewski n’a pas été ennuyé et peut dire mission accomplie. Il reste que ce dernier aura besoin de quelques combats de plus pour revenir au plus haut niveau.

« Après une aussi longue absence, j’étais surtout en quête de synchronisme. Mes coups ne sortaient pas aussi rapidement que je l’aurais voulu, mais je ne m’attendais pas à ce que mon adversaire se couche. Je suis content de retrouver le Centre Bell et mes partisans. »

« Je me sens bien et j’espère un autre combat bientôt, peut-être dès le 29 juillet à Québec (en sous-carte de Beterbiev/Koelling). Je vais en parler avec Yvon Michel.

Autres résultats:

  • Christian M’Billi (4-0-0, 4 K.-O.) bat Cesar Ugarte (4-2-0, 2 K.-O.) -- TKO arrêt de l’arbitre à 0:47 du 2e round
  • Dario Bredicean (14-0-0, 5 K.-O.) bat Manuel Garcia (15-14-2, 6 K.-O.) – Décision unanime 80-72, 80-72, 80-72

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine