Retour

L'administration Plante reporte la hausse du salaire minimum à 15 $ pour ses employés et sous-traitants

Promesse de Projet Montréal durant la dernière campagne électorale, le salaire minimum à 15 $ de l'heure pour les employés de la Ville de Montréal et ses sous-traitants n'a pas pu être instauré pour le moment en raison des conséquences sur le budget de l'administration, ont fait savoir des élus du parti à des citoyens.

Un texte de Romain Schué

Mercredi soir, au cours de la séance du conseil d'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, plusieurs citoyens ont pris la parole devant les élus du secteur pour prendre des nouvelles de l'une des promesses de Valérie Plante et de son parti : l'augmentation du salaire minimum à 15 $ de l'heure pour toutes les personnes travaillant pour la Ville.

Arrivé au pouvoir, Projet Montréal « a analysé » cette proposition, a indiqué la conseillère Magda Popeanu, membre du comité exécutif. La Ville aurait finalement décidé de ne pas aller immédiatement de l'avant en raison d'« un impact sur le budget ».

« Quand ça a un impact sur le budget, ça a un impact sur les taxes qu'on paie. C'est sûr et certain qu'on ne pouvait pas », a poursuivi l'élue de Côte-des-Neiges, précisant qu' « on n'était pas prêt cette année à monter [le salaire minimum] ».

Rappelons que l'administration de Valérie Plante a haussé les taxes de 3,3 %, en moyenne, évoquant les coûts pour rénover les infrastructures souterraines.

Dans le programme du parti

Une telle idée fait partie intégrante du programme de Projet Montréal, disponible sur son site Internet.

Afin de « faire de la Ville un employeur exemplaire », le parti met notamment de l'avant ces deux éléments :

  • Assurer un salaire minimum viable, soit 15 $ de l'heure, pour les employés et les sous-contractants;
  • Effectuer les démarches nécessaires auprès du gouvernement du Québec afin qu'il hausse le salaire minimum à 15$ de l'heure.

Une proposition renvoyée devant une commission municipale

En août dernier, alors qu’elle était candidate à la mairie, Valérie Plante avait appuyé une motion présentée par Marvin Rotrand, chef de Coalition Montréal. Celui-ci demandait à l'administration de l’ex-maire Coderre de soutenir l'augmentation du salaire minimum à 15 $ et d'étudier « les moyens et mécanismes requis pour appliquer » cette politique dans l’administration municipale.

Équipe Coderre avait alors confié cette mission à deux commissions permanentes, composées d'élus montréalais.

« Notre position n'a pas changé », a souligné mercredi soir Lionel Perez, ancien homme fort d'Équipe Coderre, devenu chef de l'Opposition.

« Au-delà d'une volonté sur une demande tout à fait légitime, il faut comprendre les impacts, il faut comprendre les conséquences, a-t-il exposé au cours de cette séance du conseil d'arrondissement. À la fin de la journée, s'il y a une augmentation au niveau de la Ville, il faut que quelqu'un paye. Il faut trouver des fonds. La chose responsable, c'était d'étudier les impacts. C'est ce que nous avons fait en demandant à ce que ce soit étudié par une commission. »

Une étude à venir

Problème : ce mandat n'a pas été renouvelé par la nouvelle équipe au pouvoir, déplorent à la fois Lionel Perez et Marvin Rotrand.

En effet, aucune étude de ce genre n'est indiquée dans le programme des activités des commissions municipales, adopté par le conseil municipal du 26 mars.

Afin de « gagner cette lutte », Marvin Rotrand propose de déposer une nouvelle motion lors du prochain conseil municipal, afin de faire avancer l'administration de Valérie Plante.

Mercredi soir, les élus de Projet Montréal de l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ont néanmoins voulu être rassurants.

« On travaille là-dessus », a mentionné Peter McQueen, élu du parti depuis 2009, soulignant que cette mesure pourrait concerner les « groupes paramunicipaux » et les organismes à but non lucratif.

Ce sujet « nous préoccupe encore », a renchéri Magda Popeanu, avant d'ajouter que les interventions auprès de Québec se feront « plus tard », après les prochaines élections provinciales.

Contacté par Radio-Canada, le cabinet de la mairesse Valérie Plante a confirmé que la commission sur le développement économique étudiera ce projet. Mais en raison d'un « agenda très chargé à court terme », aucune date n'est évoquée.

« C'est ironique, a jugé jeudi Lionel Perez. Ça démontre l'incongruité de Projet Montréal, qui pouvait promettre n'importe quoi et, avec la réalité du pouvoir, ils sont obligés de changer de ton. »

Les syndicats déçus

Voir un tel projet être repoussé a « désagréablement surpris » le Conseil central du Montréal métropolitain de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

« C'est fort déplorable, a réagi Dominique Daigneault, la présidente de la branche montréalaise de cette centrale. Quand on veut donner l'exemple, on doit répondre aux positions politiques que l'on met en avant. C'est une question de justice sociale ».

« C'est décevant », a ajouté Marc-Édouard Joubert, président du Conseil régional de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) du Montréal métropolitain.

Ce dernier estime que la nouvelle équipe municipale « sert une sauce politique qui ressemble malheureusement à la recette de l'ancienne administration ». « On sent une distance par rapport à la fraîcheur et à la spontanéité qu'on a connues durant la campagne électorale », a-t-il poursuivi.

Alors qu'une rencontre avec Valérie Plante est prévue dans les prochaines semaines, la CSN compte lui rappeler les promesses de son parti. « L'administration, si elle prétend vouloir représenter l'ensemble des citoyens, dont les plus vulnérables, peut le faire », a affirmé Dominique Daigneault.

En janvier, le gouvernement Couillard avait fermé la porte à une augmentation du salaire minimum à 15 $ de l'heure, que réclament notamment Québec solidaire et le Parti québécois.

Au Québec, le salaire minimum est actuellement de 11,25 $ de l'heure. Il s'établira à 12 $ le 1er mai. Les provinces de l'Alberta, de l'Ontario et de la Colombie-Britannique ont quant à elles décidé de hausser progressivement le salaire minimum à 15 $.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une maman bouledogue amuse son petit





Rabais de la semaine