Retour

L'ancienne VP de Roche radiée pour toujours de l’Ordre des ingénieurs du Québec

Reconnue coupable en 2016 d'avoir contrevenu au Code de déontologie, l'ancienne vice-présidente de la firme Roche, France Michaud, est radiée à vie de l'Ordre des ingénieurs du Québec.

Mme Michaud avait reconnu avoir procédé, entre 2002 et 2009, à « l’élaboration d’un système de partage de contrats permettant de contourner le processus d’appels d’offres de la Ville de Boisbriand ».

Elle a aussi reconnu avoir pris part à des procédés « pouvant porter préjudice au public ou à la profession », explique l’Ordre des ingénieurs du Québec dans un communiqué publié mardi.

Elle a également été reconnue coupable d’avoir « manqué à ses obligations d’intégrité, notamment en coordonnant des activités reliées à la collecte et à la distribution d’argent afin d’obtenir des contrats pour la firme Roche, à Montréal, Boisbriand et dans les environs ».

Le juge Bonin, qui avait condamné l'ancienne vice-présidente du groupe Roche à 18 mois d'emprisonnement, lui a également imposé une probation de trois ans assortie de conditions.

Il lui a aussi interdit d’avoir tout contact avec d'autres personnes liées à cette affaire, dont l'ex-maire de Boisbriand Robert Poirier, l'ex-entrepreneur en construction Lino Zambito et l'ancienne mairesse de Boisbriand Sylvie Berniquez Saint-Jean, qui avait plaidé coupable avant le début du procès.

Ce procès était le premier relié aux enquêtes menées par l'UPAC sur le financement des partis municipaux par des firmes de génie-conseil.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine