Retour

L'assaillant du premier ministre plaide non coupable de voies de fait armées

L'individu qui a agressé, jeudi, le premier ministre du Québec lors de de la veillée aux chandelles en hommage aux victimes de la fusillade d'Orlando a été accusé de voies de fait armées et d'avoir troublé la paix, cet après-midi, au palais de justice de Montréal.

Le jeune Esteban Torres, qui se réclame du Pink Bloc, a plaidé non coupable et la Couronne ne s'est pas opposée à sa remise en liberté.

Dix-neuf conditions ont cependant été imposées à l'accusé, dont celles de ne pas entrer en contact avec Philippe Couillard et sa famille ni de se trouver à proximité d'eux ou d'autres membres de partis politiques enregistrés. Le militant trans se voit aussi interdit de participer à des manifestations ou d'autres rassemblements, à moins qu'ils soient pacifiques et sans débordement. Il doit d'ailleurs s'abstenir de militer aux côtés du Pink Bloc.

« Nous croyons que son militantisme doit être mis de côté pour l'instant, a indiqué l'avocate Émilie Rivard du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales. M. Torres doit s'assurer d'avoir un comportement calme et posé jusqu'à la fin des procédures », qui doivent reprendre le 15 septembre.

Esteban Torres a également été assigné à domicile et devra prévenir les autorités s'il déménage. Il devra, en outre, consulter un psychiatre pour évaluer son état dans la prochaine semaine.

Il risque jusqu'à 10 ans de prison s'il est reconnu coupable de voies de fait armées.

Esteban Torres s'en est pris à Philippe Couillard, jeudi soir, en lançant un objet sur le premier ministre après avoir crié « Revolución ». La Sûreté du Québec, qui mène l'enquête dans ce dossier, refuse de divulguer la nature de l'objet lancé au premier ministre.

Ce dernier, qui s'en est sorti indemne, et la ministre fédérale Mélanie Joly, ont été évacués d'urgence, pendant que l'activiste était maîtrisé et arrêté par les policiers.

Connu de la communauté LGBT montréalaise pour son implication au sein du Pink Bloc, Esteban Torres avait pris la parole plus tôt en soirée. Le Pink Bloc, mouvement féministe et allosexuel, dénonce le capitalisme et l'oppression du patriarcat.

L'enquête a été confiée à l'unité des crimes majeurs de la SQ, dont le porte-parole, Claude Denis, a affirmé qu'il était encore trop tôt pour déterminer les motifs de l'agression.

Le Pink Bloc, « peu représentatif de la communauté LGBT »

Le geste d'Esteban Torres est cependant décrié par la communauté LGBT. « Ça m'attriste énormément, parce qu'avec le projet de loi 103 qui vient d'être adopté, on donne justement des privilèges aux jeunes trans. Maintenant, à partir de 14 ans, tu peux changer ton identité sans changer de sexe », explique Jasmin Roy, le porte-parole de Fierté Montréal.

Dans le Village gai de Montréal, les réactions vont dans le même sens. « Je suis un peu déçu de la réaction des "carrés roses" qui ont chahuté tout le temps. Un peu déçu du "fou" qui faisait partie des invités », déplore un de ceux qui a assisté à la cérémonie.

Laurent McCutcheon, un pionnier de la revendication des droits des gais, dit qu'il a eu honte du geste de Torres et estime que les Pink Bloc ne sont pas vraiment représentatifs de la communauté LGBT. « Ce sont des mouvements idéologiques qui se réunissent pour partager une idéologie, qu'on soit homosexuel ou hétérosexuel, on peut être anti-capitalistes ou anti-policiers ou quoi que ce soit, mais ça n'a rien à voir avec nos communautés », explique-t-il.

Un peu comme les Femen, le Pink bloc est davantage une tactique qu'une idéologie structurée.

La communauté LGBT revendique néanmoins le droit de prendre position sur des questions qui n'ont rien à voir avec l'identité sexuelle.

« Dans l'ensemble de la société, il y a des mouvements idéologiques : à gauche, à droite, capitalisme. Je pense que dans notre communauté LGBT, on va retrouver des gens qui vont revendiquer des idéologies », conclut Laurent McCutcheon.

Le Pink Bloc a précisé, par voie de communiqué, avoir pris part à l'événement afin de souligner que la tragédie d'Orlando avait principalement touché des Latino-Américains. « Nous sommes en deuil, nous sommes en colère et nous sommes vigilantes. Nous voulons rappeler que l'immense majorité des personnes assassinées sont des personnes LGBTQ latines, afro-latines et noires. Ce fait est passé sous silence par plusieurs personnes, y compris dans notre communauté », a souligné la porte-parole Jess Noriega-Lessard.

Elle a en outre dénoncé que « la droite veuille exploiter le deuil des personnes queer [allosexuelles] et trans, pour justifier des interventions militaires en Syrie et la marginalisation des personnes arabes et musulmanes ».

Connu du paysage politique en commission parlementaire

Esteban Torres avait témoigné devant la Commission des institutions, en 2015, sur le projet modifiant le Règlement relatif au changement de nom et à d'autres qualités de l'état civil. Il était alors actif au sein de l'organisme Astérisk, qui soutient les jeunes des minorités sexuelles.

Dans son témoignage, il avait raconté les difficultés de son quotidien, s'identifiant comme un homme, mais étant considéré comme une femme par le Directeur de l'état civil. Il s'était aussi confié sur ses difficultés à intégrer le marché du travail et avait même révélé avoir tenté de s'enlever la vie.

Ses propos avaient d'ailleurs ému la ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée.

Avec les informations de Michel Marsolais

Plus d'articles

Commentaires