Retour

L'attaque explose, le Canadien se rassure un peu

Si la victoire contre les Panthers a soulagé le Canadien, celle contre les Sénateurs a de quoi rassurer un peu.

Un texte d’Alexandre Gascon

« Ce n’est encore qu’un match préparatoire », a rappelé d’emblée Max Pacioretty, auteur d’un but et deux passes samedi soir.

Personne ne remettra ça en cause, mais le fait est que le Canadien a inscrit neuf buts dans ce seul match, tandis qu’il en avait réussi 12 au cours des sept premières rencontres préparatoires.

Le groupe de joueurs qui amorcera la saison à Buffalo le 5 octobre ressemblera à celui qui a affronté les Sénateurs. Que les quatre trios aient trouvé leur erre d’aller au même moment dans un match avec des formations de la Ligue nationale redonne un peu de lustre à un camp d’entraînement autrement plus difficile.

Les Sénateurs, par contre, ont semblé abandonner un brin au début du troisième engagement. Raison de plus pour relativiser l’importance de cette victoire qui s’apparente à un massacre.

« Le pointage n’est pas représentatif du match vraiment, a enchaîné le capitaine. Nous avons bien patiné dans la deuxième période et les avons épuisés et je pense que oui, ils ont perdu le contrôle du match, mais que c’est pour cette raison. Je ne pense pas qu’ils ont si mal joué, surtout au début. »

Attaque diversifiée

Alex Galchenyuk a finalement fait secouer les cordages à son sixième match préparatoire. Pratiquement invisible depuis le début du camp, sinon pour les mauvaises raisons, il a renversé la vapeur en une minute en fin de première période en marquant d’un joli tir du poignet et en préparant le but d’Andrew Shaw 26 secondes plus tard.

Quatorze des 19 joueurs en uniforme ont obtenu au moins un point, dont Carey Price qui a récolté une mention d’aide.

« Les quatre trios ont roulé aujourd’hui. N’importe quel trio sur la glace, il y a avait un gars en avant du filet. Les défenseurs aussi ont fait un bon travail pour lancer au filet. On ne s’est pas fait bloquer des lancers ce soir. Et on avait du trafic devant le filet, des retours, tout ça, ça marche », a estimé Jonathan Drouin.

L’unité offensive qu’il forme en compagnie de Pacioretty et de Brendan Gallagher a été particulièrement brillante, les trois joueurs ont amassé trois points chacun.

Quand même Jacob De La Rose inscrit un doublé, on sait que ç’a été une bonne soirée pour l’attaque montréalaise.

« On est contents de nos deux dernières parties, c’est quasiment mieux de finir comme ça, même si on en a perdu beaucoup. On est contents de la performance ce soir », a ajouté le Québécois qui se débrouille de mieux en mieux au centre, selon son entraîneur.

« Je vois un joueur qui est certainement capable de jouer au centre, a dit Claude Julien. Tu regardes les buts qu’ils ont marqués, mais aussi dans notre zone. Il a fait son travail. Il soutient la rondelle partout dans notre territoire. Il ne se lance pas à l’attaque sans avoir sorti de sa zone et donné du soutien. Il respecte plusieurs aspects du jeu d’un centre. Il s’est amélioré au fur et à mesure que le camp avançait. »

Mete au rendez-vous

Si jamais Victor Mete amorce sa saison avec les Knights de London, il n’aura rien à se reprocher.

Julien l’a renvoyé dans la mêlée aux côtés de Shea Weber et le petit défenseur de 19 ans a fourni une autre preuve de son grand talent.

Mete a obtenu un but et une passe et maintenu un ratio défensif de +4 en 18 min 30 s de jeu.

Les défenseurs avec ses atouts offensifs ne pullulent pas à Montréal. Il sait animer un avantage numérique et utilise à son avantage son coup de patin pour esquiver des situations potentiellement corsées. Il sait aussi relancer l’attaque.

Ajoutons à cela la blessure à une main à David Schlemko qui ne s’est toujours pas entraîné en compagnie de ses coéquipiers et les ingrédients semblent réunis pour qu’il soit, à tout le moins, du match d’ouverture dans quelques jours.

« Il a tout fait, c’est sûr. On a aimé son camp, il avait beaucoup de confiance. Il ne manque pas de confiance et n’a pas peur de faire les choses qui l’ont amené ici. On a quelques jours pour prendre nos décisions », a fait valoir Julien.

Après avoir retranché Michael McCarron, Jakub Jerabek, Daniel Carr et Peter Holland plus tôt samedi, le Canadien a encore 28 joueurs sous la main.

L’état-major doit réduire sa liste à 23 noms au plus tard le mardi 3 octobre à 17h (HAE).

À l’attaque, le Canadien devra choisir vraisemblablement un ou deux candidats parmi Andreas Martinsen, Torrey Mitchell, Jacob De La Rose et Byron Froese.

À l’arrière, ça se jouera entre Mete, Mark Streit, Joe Morrow, Brandon Davidson et Éric Gélinas.

Plus d'articles

Commentaires