Retour

L'avocat d'Applebaum dit ne pas avoir accès à toute la preuve

Assis au fond de la salle d'audience, celui qui a été maire de Montréal pendant sept mois ne manque pas une seconde des procédures judiciaires. Un gros porte-documents sur les genoux, Michael Applebaum écoute les arguments de son avocat qui fait une ultime tentative pour lui éviter un procès.

Un texte de Geneviève Garon

L'avocat de l'ex-maire de Montréal, Me Pierre Teasdale, soutient qu'il n'a pas obtenu l'ensemble de la preuve concernant son client. Ses récriminations concernent les notes consignées lors des discussions entre la police, les procureurs et le témoin clé de la poursuite.

La défense veut obtenir les notes prises par la procureure Corinne Girard durant les trois journées de rencontre avec le témoin.

Me Girard s'y oppose, jurisprudence à l'appui. « Les notes ne contiennent aucun fait nouveau », explique-t-elle au juge Daniel Bédard. Les écrits serviraient plutôt à préparer la stratégie qu'elle utilisera au procès.

Mais l'avocat de Michael Applebaum assure en avoir besoin pour mieux préparer le contre-interrogatoire du témoin et « assurer une défense pleine et entière » à son client.

Une relation de « grand frère »

L'avocat de Michael Applebaum critique aussi le fait qu'un enquêteur qui a eu des dizaines de conversations téléphoniques avec le même témoin clé n'a rien consigné par écrit.

Lundi, le policier a expliqué avoir créé au fil des mois une relation étroite avec le témoin, comme s'il était son « grand frère ». Le témoin l'aurait appelé à plusieurs reprises pour discuter de ses problèmes personnels, sans lien avec l'affaire Applebaum. C'est pourquoi il n'aurait pris aucune note.

L'arrêt des procédures

La défense et les journalistes ont été exclus de la salle d'audience le temps que le juge prenne connaissance des notes de la procureure. Il jugera de leur pertinence et déterminera si la défense doit y avoir accès ou non.

Mais, plus que tout, en raison des irrégularités, Me Pierre Teasdale demande au magistrat d'ordonner l'arrêt pur et simple des procédures contre son client.

Il a aussi tenté de jeter le discrédit sur une partie de l'enquête, dévoilant par le fait même un des éléments de sa stratégie, si l'affaire devait mener à un procès.

Me Teasdale a insisté sur la relation « peu orthodoxe » entre l'enquêteur et le témoin, dont il remet en question la crédibilité.

Pas de commentaires

En quittant la salle d'audience, pressé de réagir à l'audience, Michael Applebaum a murmuré aux médias de s'adresser à son avocat.

Il sera de retour en cour le 12 septembre pour connaître la décision du juge.

Si celui-ci n'accède pas à sa demande, l'ex-maire aura tout juste deux mois pour finir sa préparation en vue de son procès, qui doit s'ouvrir le 14 novembre 2016.

Michael Applebaum a été arrêté en juin 2013. Il fait face à 14 chefs d'accusation de fraude envers le gouvernement, complot, abus de confiance et actes de corruption dans les affaires municipales. Les gestes qu'on lui reproche concernent des projets immobiliers et seraient survenus entre 2000 et 2012, alors qu'il était maire de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

En juin dernier, la cour a refusé sa précédente demande d'arrêt des procédures. Michael Applebaum estimait que les délais avant son procès étaient trop longs, puisqu'il ne devait débuter qu'en septembre 2017. En rejetant la demande, le juge a devancé le procès.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine