Les commissaires de l'Enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) ont passé les trois derniers jours à Winnipeg à essayer de faire le lien entre les lois canadiennes et le droit coutumier autochtone. Les commissaires ont reconnu humblement qu'elles ont appris beaucoup.

Il s'agissait de voir les liens entre la violence qui s'est abattue sur les femmes des Premières Nations et la situation juridique des Autochtones issue du colonialisme canadien à leur égard.

« C'est notre éducation qui demeure à faire », a avoué la commissaire en chef Marion Buller.

Selon elle, le thème central des échanges des derniers jours est « l'importance des femmes, des filles, et du besoin de les protéger ».

« Nous avons découvert de nouvelles façons de vivre en paix les uns avec les autres... mais ce sont en fait des façons connues depuis longtemps », a-t-elle ajouté.

Ultimement, indique la commissaire Buller, l'objectif consiste à améliorer le travail de l'Enquête et des commissaires en tirant parti d'une meilleure connaissance du droit coutumier autochtone.

À cette fin, ces travaux préparatoires de l'ENFFADA ont été diffusés en ligne.

« Nous devons modifier nos croyances et en finir avec les perceptions erronées », estime Mme Buller.

Une autre commissaire, Michèle Audette, a confirmé les propos de sa collègue : l'ENFFADA effectuera ses travaux « par la lentille de ces lois ancestrales ».

Progrès rapides

Les commissaires ont par ailleurs dû répondre à plusieurs questions pressantes à propos de la structure financière de l'enquête et de l'avancement des travaux.

L'équipe de l'ENFFADA aurait ainsi dépensé « de 8 à 10 % » de son budget de 53 millions de dollars, a indiqué Marion Buller.

La commissaire en chef a également évoqué l'octroi d'une aide financière offerte aux gens désirant témoigner lors des audiences, ainsi qu'aux personnes les accompagnant, sans toutefois donner un montant précis.

Faut-il consacrer davantage de temps aux travaux préparatoires ? Ou faut-il plutôt accélérer les choses ? « Bien des gens m'ont dit que nous n'allions pas assez vite », a ainsi dit Mme Buller.

« Nous prévoyons continuer de suivre notre échéancier, mais nous voulons que nos travaux se déroulent mieux, à la lumière des témoignages recueillis cette semaine [à Winnipeg]. »

La commissaire Qajaq Robinson a pour sa part eu une réflexion plus directe : « Les pauses ou les remises à zéro, lorsque l'on vous impose un calendrier, sont très difficiles. Et c'est un problème qui nécessite des discussions supplémentaires. »

« Nous allons tellement vite... pourquoi croyez-vous que des gens nous quittent ? », a-t-elle ajouté.

L'ENFFADA doit notammenet s'arrêter à Maliotenam, au Québec.

Une enquête qui divise

Annoncée par le gouvernement de Justin Trudeau, l'ENFFADA fait controverse depuis sa mise sur pied, et ce avant même le début officiel de ses audiences.

Les Premières Nations sont divisées sur la structure à adopter lors des travaux de l'Enquête; on reproche parfois à cette dernière le format des audiences, les lieux où celles-ci doivent se tenir, et même la composition du groupe des commissaires devant chapeauter l'enquête.

Depuis sa mise en place, l'Enquête est grevée par les démissions, les débats sur l'ampleur de son mandat, et par un problème d'image auprès les nations autochtones.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine