Retour

L'entrepreneur Tony Accurso coupable sur toute la ligne

Accusé de corruption, d'abus de confiance, de fraude et de complot, l'entrepreneur Tony Accurso a finalement été déclaré coupable des cinq chefs d'accusation qui pesaient contre lui, après presque une semaine de délibérations de la part du jury.

Le dossier fait les manchettes depuis des années : l'homme d'affaires est accusé d'avoir trempé dans un stratagème de contrats orchestré par l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, de 1996 à 2010.

D'abord acquitté d'une accusation de corruption, lors d'un premier procès tenu plus tôt cette année, Tony Accurso était de retour devant la justice depuis plusieurs mois. Cette fois, l'homme de 66 ans risquait une peine de 5, voire de 10 ans de prison maximum, en fonction du chef d'accusation.Marc Labelle, avocat de Tony Accurso, juge difficile de comprendre les raisons pour lesquelles le jury n'a pas été convaincu par le témoignage de Tony Accurso. « Sa notoriété, l'importance qu'on lui accorde » a pu jouer, selon lui. Le jury avait demandé de réécouter le témoignage de Tony Accurso, ce qui est généralement « favorable » à l'accusé, selon Marc Labelle.

Richard Rougeau, procureur aux poursuites criminelles et pénales, s'est dit satisfait du verdict du jury sur un dossier « difficile, très prenant ». Il n'a pas souhaité indiquer si, jeudi prochain, il demandera une peine d'incarcération contre Tony Accurso.Batailleur, Tony Accurso aura lutté jusqu'au bout. Il y a une dizaine de jours encore, il se questionnait quant à savoir pourquoi il aurait accepté de participer à un système illégal qui ne représentait, somme toute, qu'une petite partie du chiffre d'affaires de son entreprise.

« Si j'avais été au courant ou si j'avais eu le moindre doute, j'aurais fait arrêter ça immédiatement [...] J'avais bâti un empire de 4300 employés. Je ne mettrais pas ça en péril pour 0,6 à 3 % de mon chiffre d'affaires », lançait-il le 12 juin lors de son témoignage.

S'il a reconnu avoir entendu parler d'un système de collusion à Laval, en 1997 et en 2002, l'entrepreneur a martelé qu'il n'avait pas cherché à en apprendre davantage, et qu'on ne lui avait pas donné plus de détails.

Cette explication avait fait sourciller la poursuite, qui estimait qu'il était étrange, pour un homme risquant possiblement l'ensemble de son entreprise si celle-ci trempait dans des stratagèmes illégaux, de consacrer si peu de temps à réfléchir à ce sujet.

« Vos compagnies étaient potentiellement en danger. Ça mérite pas plus qu'un 15 minutes sur le coin d'une table? » avait lancé Richard Rougeau, l'avocat de la Couronne.

Soupçonné d'avoir remis 200 000 $ en argent comptant à un ancien collecteur de ristournes du maire Vaillancourt, en 2002, Tony Accurso a reçu la visite des inspecteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), en 2012.

« Tous des criminels »

La plaidoirie de la défense a pris fin sur une charge tous azimuts contre les témoins de la Couronne, il y a une dizaine de jours. L'avocat de l'entrepreneur, Marc Labelle, a ainsi qualifié de « criminels » les huit témoins présentés par la poursuite.

Plusieurs entrepreneurs et ingénieurs ont admis avoir participé à la fraude orchestrée par l’ex-maire Gilles Vaillancourt et ont signé des contrats d’immunité avec les autorités pour ne pas être accusés en échange de leur collaboration.

Le jury délibérait depuis mardi dernier. Tony Accurso reviendra en cour jeudi pour les observations sur la peine. Les avocats des deux parties présenteront alors au juge des faits ou des considérations en vue de l'aider à déterminer la peine à infliger à l'entrepreneur.

Avec les informations de Geneviève Garon

Plus d'articles