Retour

L'entretien de l'oléoduc 9B d'Enbridge inquiète au nord de Montréal

Depuis les dernières semaines, Enbridge a réalisé plus d'une soixantaine de travaux d'entretien le long de son oléoduc 9B, entre North-Westover, en Ontario, et les raffineries de l'est de Montréal. Une vingtaine de travaux ont été effectués sur le seul territoire de la ville de Mirabel, ce qui inquiète le maire Jean Bouchard.

« On va toujours avoir certaines craintes, ça, c’est évident », affirme le maire de Mirabel, Jean Bouchard. « Un pipeline qui est installé depuis une quarantaine d'années, qui a cessé ses activités et qui reprend ses fonctions, on va toujours avoir une certaine crainte. Nous allons surveiller les travaux l'an prochain et s'il y a plus de travaux l'an prochain, nous allons poser des questions. »

Ces dernières semaines, 63 interventions ont été effectuées le long de l'oléoduc. Une quarantaine en Ontario et une vingtaine au Québec. C'est surtout sur le territoire de la ville de Mirabel que ces travaux ont été faits jusqu'à maintenant. Mais Enbridge assure qu'il ne s'agit que d'entretien préventif et insiste pour dire qu'il n'y a eu aucune fuite.

« Nous allons faire 75 excavations le long de notre tronçon », explique le porte-parole d'Enbridge, Ken Hall. « C'est une manière de nous assurer de la qualité et de la sécurité de nos installations. »

C'est comme un propriétaire de maison ou de voiture, qui se donne un programme d'entretien préventif pour maintenir la valeur de son bien.

Ken Hall, porte-parole, Enbridge

Le maire de Mirabel demande tout de même à Enbridge d'offrir une formation plus avancée à ses pompiers municipaux, une demande qu'Enbridge affirme ne pas avoir encore reçue officiellement. Mais l'entreprise soutient que des formations ont déjà été données aux pompiers, et que des formations supplémentaires sont disponibles.

Enbridge vs Transcanada

De son côté, le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, soutient que l'oléoduc 9B d'Enbridge est là depuis quatre décennies. « L'erreur, ça a été de l'avoir autorisé il y a 40 ans, mais à l'époque, les gens n'avaient pas la même vision des choses », explique le maire. « Aujourd'hui, il est là et nous devons vivre avec. »

Ce n'est pas l'oléoduc d'Enbridge qui l'inquiète le plus. « Chez nous, l'oléoduc Enbridge passe dans une zone où le sol est argileux. Un sol très imperméable qui protège les nappes d'eau souterraine. Par contre, le projet d'oléoduc Énergie Est, de Transcanada, s'il était construit, passerait dans notre réseau d'approvisionnement de la nappe aquifère. Et ça, c'est beaucoup plus inquiétant pour nous », poursuit-il.

Il y a eu ce Chinois qui s'est tenu debout devant les chars d'assaut, à la place Tien Anmen, il y a plusieurs années. Ici, si ce projet d'oléoduc va de l'avant, c'est moi qui serais debout devant les bulldozers.

Guy Charbonneau, maire de Sainte-Anne-des-Plaines

Les audiences de l'Office national de l'énergie (ONE) sur le projet Énergie Est sont suspendues. « Pour l’instant, nous attendons la nomination de nouveaux membres par le gouvernement », écrit Marc Drolet, agent des communications à l'ONE.

« Ces nominations devraient être annoncées dans les semaines qui viennent ». Par la suite, poursuit M. Drolet, le président par intérim pour le projet Énergie Est, désignera les membres du comité qui seront chargés du dossier.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?