Retour

L’équipe avant tout pour Laurent Duvernay-Tardif

Laurent Duvernay-Tardif a commencé à se faire un nom dans la NFL, mais avant de penser au succès personnel, il est concentré sur la saison de ses Chiefs de Kansas City.

« À ce moment de la saison, il faut penser plus comme équipe que comme individu », a dit Duvernay-Tardif après la défaite des 19-17 des Chiefs contre les Titans du Tennessee, au Missouri.

Ryan Succop, un ancien botteur des Chiefs, a réussi le placement décisif pour les Titans. Il avait même raté sa première tentative, mais l’entraîneur-chef Andy Reid avait demandé un temps d’arrêt, ce qui lui a donné un deuxième essai. Il ne l’a pas loupé.

Mais ce n’est pas ce qui va tenir éveillé Duvernay-Tardif. « Je ne veux pas dire que le placement était une formalité, mais on a commis des erreurs en attaque et en défense qui nous ont coûté le match. Notre analyse doit être portée là-dessus cette semaine.

« Et je dois dire que moi, je ne réussirais jamais un placement de 53 verges. »

D’être passé si près d’un résultat positif a rendu la journée d’autant plus difficile. « La défaite d’aujourd’hui m’a rentrée dedans, a dit Duvernay-Tardif en conférence téléphonique. La victoire était à notre portée, mais on va se concentrer sur nos deux prochains matchs, qui sont super importants, contre deux rivaux de division. »

De mieux en mieux connu

Duvernay-Tardif a été partant pour chacun des 11 matchs des Chiefs cette saison. L’entraîneur-chef Andy Reid lui fait de plus en plus confiance, et certains le voient même au Pro Bowl.

Mais sans doute plus important encore : il a fait une apparition au Tonight Show, dans un segment où l’animateur Jimmy Fallon s’est permis de donner des qualificatifs à divers joueurs comme s’ils étaient des finissants à l’école secondaire.

« (Une possible sélection au Pro Bowl), c’est flatteur, et je sais mon histoire est intéressante (Duvernay-Tardif complète des études en médecine). J’essaie de me concentrer sur mon jeu, mais en même temps, ça me motive à faire mon travail. »

Quant aux possibles moqueries de ses coéquipiers en raison de son statut de célébrité en ligne, il n’est pas près de s’en faire. « Quelqu’un m’a montré la vidéo le lendemain de sa sortie, avait-il dit en entrevue après la victoire des Chiefs contre les Raiders la semaine dernière. Il faut dire d’abord que les photos d’équipe avec un col roulé, ça n’aide personne! »

Et pour la petite histoire, ses coéquipiers préfèrent utiliser des surnoms plutôt que de se risquer à prononcer un nom décidément difficile à prononcer pour les Américains. « Entre amis, c’est Larry, Frenchie, Frenchman, Doc, ou my Canadian Brother… J’ai tellement de surnoms, je pense que c’est parce que les gens ne sont pas capables d’en choisir un. »

Face à un autre Québécois

Duvernay-Tardif a vécu une première dimanche : il était opposé à un autre joueur québécois. L'ailier défensif Mehdi Abdesmad, qui a joué son football collégial avec les Spartiates du Vieux-Montréal, était aussi en uniforme pour les Titans.

« Au début du match on s’est croisés du regard, puis on a eu une séquence où on était en homme à homme. Franchement, il y avait un petit stress de plus d’affronter un autre joueur de Montréal, je voulais bien paraître.

« J’ai beaucoup de fierté à voir d’autres Canadiens et d’autres Québécois sur le terrain. Je suis très content pour lui. Après le match, on s’est retrouvés et on a échangé nos chandails.

« D’avoir une opportunité de faire ses preuves comme ça en fin de saison, ça pourrait lui ouvrir des portes l’année prochaine. Je lui souhaite bien du succès. »

Plus d'articles

Commentaires