Retour

L'équipe junior la plus dominante au Canada est à... Terrebonne!

BILLET - Avant de voir ses joueurs affronter les Flames de Gatineau vendredi soir, l'entraîneur des Cobras de Terrebonne de la Ligue junior AAA du Québec, Robert Dubuc, est entré dans le vestiaire pour s'assurer que son plan de match était bien compris. Dubuc était inquiet.

Un texte de Martin Leclerc

« Les gars, j'ai observé la période d'échauffement de Gatineau, et c'est la première fois cette saison que je vois une équipe aussi concentrée. Ce match ne sera pas facile. Ils sont prêts! Ils vont nous faire la vie dure, alors je veux qu'on connaisse un bon départ. »

Après 7 secondes de jeu, Terrebonne menait déjà 1 à 0. Et seulement 119 secondes plus tard, les Cobras doublaient leur avance.

Et quand la sirène a retenti après 20 minutes de jeu, le gardien des Flames, Charles-Olivier Rancourt, avait déjà été bombardé de 27 tirs et le tableau indicateur indiquait un pointage de... 8 à 2!

Bienvenue dans l'univers de l'équipe de hockey junior la plus dominante du Canada!

Quand les Flames sont remontés à bord de leur autobus pour rentrer en Outaouais, ils venaient d'encaisser une dégelée de 15 à 3, au cours de laquelle leurs gardiens avaient été pilonnés de 61 tirs.

***

La Ligue junior AAA est le deuxième niveau de hockey junior au Québec, derrière la LHJMQ. Ailleurs au Canada, les autres ligues du même niveau que la Ligue junior AAA du Québec sont identifiées comme des ligues junior A.

Après avoir matraqué Gatineau vendredi soir, les Cobras de Terrebonne présentaient une fiche de 14-0. Ils avaient inscrit pas moins de 101 buts et n'en avaient accordé que 38, ce qui leur conférait un extraordinaire différentiel de... +63!

Même si le calendrier de la LHJAAAQ ne compte que 55 parties, cette équipe flirte présentement avec la possibilité d'inscrire 400 buts cette saison.

Assister à un match de cette équipe est en quelque sorte l'équivalent de monter à bord d'une machine à voyager dans le temps et de se retrouver dans un aréna au milieu des années 1970 ou au début des années 1980.

Selon les standards du hockey junior canadien, les Cobras de Terrebonne constituent une anomalie.

Collectivement, les joueurs qui composent l'alignement de cette équipe ont cumulé pas moins 1130 matchs d'expérience au hockey junior majeur.

Parmi les quelque 132 équipes junior A que l'on retrouve au Canada, seul le Wild de Wenatchee (Ligue de la Colombie-Britannique) exerce une domination semblable à celle des Cobras.

Après 16 matchs, Wenatchee a marqué 104 buts et en a accordé 38 dans la très compétitive BCHL.

***
Certains joueurs se retrouvent à Terrebonne parce qu'ils ont 20 ans et que le nombre de joueurs de 20 ans est limité à trois dans la LHJMQ.

D'autres ont été jugés trop « vieux » - même s'ils n'ont que 19 ans - alors que leur équipe junior majeur entreprenait une reconstruction.

Enfin, certains s'y retrouvent par choix, un peu désillusionnés par le système et parce qu'ils souhaitent mieux performer dans leurs études.

Grâce à ce concours de circonstances et à cet explosif mélange, les Cobras portent le titre non officiel de 19e équipe junior majeur au Québec. « Leur domination dans la LHJAAAQ du Québec est ridicule. Je suis certain que ça ferait un match serré s'ils nous affrontaient », soutient un joueur de la LHJMQ.

Guillaume Beck est bien placé pour corroborer cette affirmation. Sélectionné en première ronde par les Tigres de Victoriaville au repêchage de 2013, cet excellent défenseur de 18 ans a quitté son équipe junior majeur au début de la saison afin de pouvoir se concentrer davantage sur ses études et pour se retremper dans l'ambiance familiale qui lui manquait.

« Nous ne sommes pas une équipe de calibre junior majeur. Ce n'est pas le même calibre que dans le junior AAA. Mais, honnêtement, avec tous les bons joueurs qu'on retrouve à Terrebonne, je suis certain qu'on jouerait des matchs serrés contre les clubs de la LHJMQ », dit-il.

***
La saison dernière, les Montagnards de Sainte-Agathe avaient régné sur la LHJAAAQ du Québec en inscrivant 351 buts en saison régulière. Mais leur défense était poreuse et leurs gardiens étaient moyens.

À Terrebonne, les Cobras misent sur cinq défenseurs qui jouaient régulièrement dans la LHJMQ. À eux seuls, Kevin Laliberté (Drummondville) et Loïk Léveillé (Cap-Breton) comptent près de 500 matchs d'expérience au niveau junior majeur.

Quant à l'attaque de Terrebonne, elle est menée par deux joueurs de 20 ans, Benjamin Bohémier et Gabriel Paquin, qui revendiquent respectivement 13 et 17 buts après seulement 14 matchs.

Les Cobras misent aussi sur Emmanuel Aucoin, un excellent et très rapide attaquant de 19 ans qui, incroyablement, n'a pas trouvé preneur cette saison dans la LHJMQ.

« Disons que nous sommes sur une bonne lancée », reconnaît l'entraîneur adjoint des Cobras, Patrick Black.

« Je pense que le pire ennemi des Cobras de Terrebonne cette saison, ce sera nous-mêmes. Nous devrons nous préparer adéquatement à chaque match parce que nous avons clairement une cible dans le dos. Toutes les équipes sont prêtes quand elles nous affrontent. Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas nous préparer ou d'être arrogants.

« Heureusement, nous avons un très bon groupe de jeunes. Ils travaillent aussi fort dans les entraînements que dans les matchs. Ils se mettent au défi, ils veulent marquer des buts, et nous insistons sur la qualité de l'exécution », explique Black, qui a naguère joué dans la LHJMQ ainsi qu'au niveau professionnel en France.

***

Cette équipe « anormale », où l'on retrouve aussi un attaquant américain (Triston Theriot, qui vient de l'Indiana) attire aussi des spectateurs qui n'ont pas l'habitude de fréquenter les arénas de la LHJAAAQ.

Theriot, par exemple, a choisi de venir jouer à Terrebonne pour se préparer à jouer dans les rangs universitaires américains.

En se joignant aux Cobras, il est assuré de jouer au hockey jusqu'en mai parce que l'équipe accueillera alors le championnat de l'Est du Canada, la Coupe Fred Page.

Des entraîneurs de la NCAA viennent donc voir jouer Theriot, et ils commencent à démontrer de l'intérêt envers quelques joueurs des Cobras qui n'ont pas joué dans la LHJMQ et qui sont encore admissibles pour les rangs universitaires.

Quant à Guillaume Beck, il a été sélectionné pour jouer à la Coupe Canada (un tournoi regroupant les joueurs étoiles des ligues junior A canadiennes) et il a été invité au camp d'entraînement de l'équipe de l'Est du Canada en vue du championnat mondial junior A.

Les recruteurs de la LNH continuent de le surveiller.

« Notre ligue s'est beaucoup améliorée au cours des dernières années et sa visibilité s'accroît constamment. De plus en plus de joueurs dénichent des emplois en Europe après leur passage dans la Ligue junior AAA.

« En ce qui concerne les Cobras, c'est certain que le fait que nous sommes les hôtes de la Coupe Fred Page rend notre équipe très attirante aux yeux des joueurs. Nous avons beaucoup de joueurs de 19 et 20 ans qui veulent profiter de cette visibilité pour trouver une place au hockey universitaire (canadien ou américain), ou encore pour aller jouer en Europe. »

Il sera intéressant de voir si les Cobras, qui semblent tout droit sortis d'une autre époque, finiront par trouver chaussure à leur pied dans la Ligue junior AAA.

Et il serait aussi très utile d'identifier précisément les raisons pour lesquelles autant de joueurs québécois qui contribueraient à rehausser le calibre de la LHJMQ ne jouent justement plus au hockey junior majeur.

À toute épreuve, le blogue de Martin Leclerc.

Plus d'articles