Retour

L'ex-maire de Montréal-Nord Gilles Deguire exprime des remords

Gilles Deguire, accusé d'agression et d'attouchements sexuels, reconnaît avoir commis des actions inacceptables et illégales. L'ex-maire de Montréal-Nord et ancien policier s'excuse auprès de sa victime, âgée de moins de 16 ans, et veut assumer la responsabilité de ses gestes, affirme son avocat.

Un texte de Geneviève Garon

Gilles Deguire, 67 ans, continue de garder le silence et laisse le soin à son avocat, Frank Pappas, de livrer le fond de sa pensée : le sexagénaire est « anéanti » et a « beaucoup de remords ». La situation a eu de graves conséquences sur ses relations avec ses proches.

L'ex-maire d'arrondissement a démissionné de son poste en janvier dernier, alors qu'il faisait l'objet d'une enquête du Service de police de la Ville de Montréal.

Me Pappas affirme que Gilles Deguire a avoué ses crimes à « peut-être huit personnes de son entourage », dès le début de l'année.

Même si son client a plaidé non coupable, l'avocat soutient que l'ex-politicien n'a jamais voulu échapper aux conséquences de ses actes.

Négociations entre les avocats

Les avocats de Gilles Deguire sont présentement en discussions avec la procureure de la Couronne. L'accusé doit revenir en cour le 1er décembre.

« Il y aura vraisemblablement une reconnaissance de culpabilité de sa part », mentionne Me Frank Pappas.

S'il plaide coupable aux deux chefs d'accusation, M. Deguire s'expose automatiquement à une peine d'emprisonnement minimale d'un an.

Parmi les scénarios possibles, les avocats pourraient s'entendre pour diminuer la gravité des accusations qui pèsent contre lui.

S'il s'agit d'infractions punissables par procédure sommaire, la peine d'emprisonnement minimale est réduite à 90 jours.

Plus d'articles