Retour

L'ex-président de la Société des ponts fédéraux accusé d'avoir été corrompu par SNC-Lavalin

L'ex-président de la Société des ponts fédéraux Michel Fournier vient d'être accusé d'avoir reçu des pots-de-vin de SNC-Lavalin dans le cadre d'un important contrat qui avait été accordé à la firme d'ingénierie pour la réfection du tablier du pont Jacques-Cartier.

Après une enquête de plus de deux ans, la GRC a indiqué mercredi qu'elle a arrêté M. Fournier en compagnie de sa conjointe, Judith Barkley Fournier, après avoir mené une perquisition dans leur résidence de Victoria, en Colombie-Britannique, mardi.

Ils ont tous deux été accusés de blanchiment d'argent et de recyclage des produits de la criminalité. M. Fournier devra aussi répondre à des accusations de fraude envers le gouvernement et d'abus de confiance.

Ils ont été libérés sous promesse de comparaître et reviendront en cour le 26 septembre, au palais de justice de Montréal.

Selon la GRC, les paiements à M. Fournier ont été effectués « au moment où le contrat était accordé à SNC-Lavalin [en tant que membre du Groupement SMDB] pour des réparations au pont Jacques-Cartier ».

L'accusé était alors président-directeur général de la Société des ponts fédéraux et président du conseil d'administration de la société Les Ponts Jacques-­Cartier et Champlain incorporée.

M. Fournier a été chef de cabinet de Jean Chrétien à l'époque où ce dernier était chef de l'opposition officielle, au début des années 1990. M. Chrétien l'a nommé à la Société des ponts fédéraux lorsqu'il est devenu premier ministre du Canada.

L'émission Enquête avait révélé en février 2014 qu'une somme de 1,5 million de dollars avait été déposée dans un compte en Suisse que M. Fournier avait ouvert après que le contrat de réfection de 127 millions de dollars eut été accordé à SNC-Lavalin.

L'argent avait été versé par l'entreprise Promotag, une agence commerciale régulièrement engagée par la firme de génie SNC-Lavalin.

La justice suisse laissait entendre que 4 millions de dollars avaient été versés au total dans ce compte, surnommé Zorro.

Interrogé à ce sujet, M. Fournier avait d'abord nié détenir un compte en Suisse, avant de soutenir qu'il avait ouvert le compte pour une belle-sœur, aujourd'hui décédée.

Avec les informations d'Anne Panasuk

Plus d'articles

Commentaires