Des morceaux de toitures, des débris d'isolant et des panneaux de signalisation jonchent le sol de Lachute, quelque 36 heures après le passage d'une tornade de catégorie F1 sur la municipalité des Laurentides.

Les travaux de nettoyage prendront plusieurs semaines, puisque les vents de 180 km/h qui ont secoué la ville mardi soir ont laissé des traces.

Les pompiers et les policiers de Lachute ont assuré la sécurité des lieux sinistrés au cours de la nuit dernière.

« On protège le toit pour éviter que la pluie [n’entre dans la maison]. Ils vont barricader les portes et les fenêtres pour ne pas qu’il y ait des infractions et pour éviter un nouveau sinistre avec de la pluie », explique une sinistrée de Lachute, Nathalie Bélanger.

Des dégâts uniquement matériels

Les urbanistes de la Ville ont déjà effectué des visites chez les sinistrés « afin de s’enquérir des situations particulières », a ajouté le maire Péloquin. « On veut éviter la paperasse, on veut éviter que ce soit long pour le processus de reconstruction, pour l’émission des permis, a-t-il ajouté. On ne veut pas donner plus de troubles à nos citoyens qui ont été durement touchés. »

Un comité multidisciplinaire a fourni des listes d’entrepreneurs locaux afin d’éviter que les sinistrés ne se fassent rouler par des entrepreneurs véreux. « Les gens ont donné des références d’entrepreneurs locaux fiables, que l’on connaît », a précisé le maire au cours de l’entrevue.

« Les gens sont résilients et c’est quand même assez exceptionnel qu’il n’y ait eu aucun blessé », philosophe M. Péloquin.

Lachute a également reçu la bénédiction de Québec, qui remboursera les frais occasionnés à la Ville par la tornade.

Controverse sur l'élagage à NDG ?

Pendant ce temps à Montréal, les citoyens de Notre-Dame-de-Grâce sont également à pied d’œuvre pour faire disparaître les traces du passage d’une microrafale.

Les arbres cassés et déracinés doivent être bûchés et dégagés des rues de la ville. Les émondeurs en ont pour plusieurs jours de travail. Le parc qui porte le même nom que le quartier demeurera fermé encore plusieurs jours.

Des résidents du quartier sont consternés par les dégâts subis par les arbres et certains reprochent à l’administration de les avoir mal entretenus. Ils estiment qu’un émondage plus fréquent aurait permis d’éviter de tels dégâts.

« Quand on abat des arbres parce que nos experts jugent que c’est dangereux, les gens unissent leurs voix contre ça », déplore le maire de l’arrondissement Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce, Russell Copeman. « Et là, d’autres experts pensent qu’on aurait dû agir autrement », poursuit-il.

M. Copeman a indiqué que l’administration effectuerait un post-mortem pour faire la lumière sur cette situation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine