Entre sa carrière de footballeur, ses études en médecine et les nombreuses causes sociales qu'il embrasse, Laurent Duvernay-Tardif s'est lancé un autre défi : promouvoir l'activité physique auprès des jeunes.

Le joueur des Chiefs de Kansas City vient de rentrer au Québec après deux mois de camp d'entraînement au Missouri. Juste à temps pour célébrer la fin du primaire en compagnie d'élèves de trois écoles qui avaient accepté son invitation de fêter l'occasion en faisant du sport avec des athlètes professionnels.

« Pendant ma saison morte de 2016, mon défi, c'était d'organiser quelque chose avec des jeunes, raconte Duvernay-Tardif. Promouvoir l'activité physique, c'est toujours ça qui m'a passionné. C'est ça le message que je veux transmettre. »

Aux dires de son père, il n'y a rien d'étonnant à le voir rester les deux pieds sur terre.

« Il est comme un poisson dans l'eau, assure son père, François Tardif. C'est sûr que des fois, il se pose la question : "Bien pourquoi j'en fais autant? Je n'aurais pas besoin d'organiser ce genre d'événement comme on a aujourd'hui", mais il se lance. »

Depuis ses débuts dans la NFL avec les Chiefs en 2014, son statut a changé. De recrue, il a vite fait sa place sur la ligne offensive comme garde à droite. La saison dernière, il a été partant dans 14 rencontres sur les 17.

« Les carrières de football sont tellement courtes qu'à ma troisième année, je suis un vétéran, constate-t-il. Je dois m'imposer, je dois aider les recrues et essayer de dicter un peu le tempo, puis je crois que c'est une charge supplémentaire sur mes épaules, mais je suis prêt à la prendre, puis j'ai hâte à la saison 2016! »

Une saison charnière pendant laquelle le footballeur souhaite faire monter les enchères. À la fin de sa troisième année d'un contrat de quatre ans, ses agents pourront entamer des négociations avec les Chiefs.

À la lueur de sa progression et de sa réputation, on peut soupçonner que Duvernay-Tardif sera convoité quand il approchera de la fin de son entente avec les Chiefs. « Trop tôt pour le dire, parce que le marché peut changer année après année, estime son ami et agent au Québec, Sasha Ghavami. Cette année, on a un contrat pour un joueur de ligne offensive qui est le plus haut contrat jamais donné à un garde, 10 millions par année. »

LDT, comme l'appellent affectueusement ses coéquipiers, consacrera le prochain mois à son stage en médecine à l'Hôpital général de Montréal. Après quoi, il retrouvera son autre passion... le football.

D'après un reportage de Jacinthe Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine