Entre sa carrière de footballeur, ses études en médecine et les nombreuses causes sociales qu'il embrasse, Laurent Duvernay-Tardif s'est lancé un autre défi : promouvoir l'activité physique auprès des jeunes.

Le joueur des Chiefs de Kansas City vient de rentrer au Québec après deux mois de camp d'entraînement au Missouri. Juste à temps pour célébrer la fin du primaire en compagnie d'élèves de trois écoles qui avaient accepté son invitation de fêter l'occasion en faisant du sport avec des athlètes professionnels.

« Pendant ma saison morte de 2016, mon défi, c'était d'organiser quelque chose avec des jeunes, raconte Duvernay-Tardif. Promouvoir l'activité physique, c'est toujours ça qui m'a passionné. C'est ça le message que je veux transmettre. »

Aux dires de son père, il n'y a rien d'étonnant à le voir rester les deux pieds sur terre.

« Il est comme un poisson dans l'eau, assure son père, François Tardif. C'est sûr que des fois, il se pose la question : "Bien pourquoi j'en fais autant? Je n'aurais pas besoin d'organiser ce genre d'événement comme on a aujourd'hui", mais il se lance. »

Depuis ses débuts dans la NFL avec les Chiefs en 2014, son statut a changé. De recrue, il a vite fait sa place sur la ligne offensive comme garde à droite. La saison dernière, il a été partant dans 14 rencontres sur les 17.

« Les carrières de football sont tellement courtes qu'à ma troisième année, je suis un vétéran, constate-t-il. Je dois m'imposer, je dois aider les recrues et essayer de dicter un peu le tempo, puis je crois que c'est une charge supplémentaire sur mes épaules, mais je suis prêt à la prendre, puis j'ai hâte à la saison 2016! »

Une saison charnière pendant laquelle le footballeur souhaite faire monter les enchères. À la fin de sa troisième année d'un contrat de quatre ans, ses agents pourront entamer des négociations avec les Chiefs.

À la lueur de sa progression et de sa réputation, on peut soupçonner que Duvernay-Tardif sera convoité quand il approchera de la fin de son entente avec les Chiefs. « Trop tôt pour le dire, parce que le marché peut changer année après année, estime son ami et agent au Québec, Sasha Ghavami. Cette année, on a un contrat pour un joueur de ligne offensive qui est le plus haut contrat jamais donné à un garde, 10 millions par année. »

LDT, comme l'appellent affectueusement ses coéquipiers, consacrera le prochain mois à son stage en médecine à l'Hôpital général de Montréal. Après quoi, il retrouvera son autre passion... le football.

D'après un reportage de Jacinthe Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine